• « ...ces droits qui se rapportent à la dignité humaine dans ce qu'elle a de plus élémentaire et immédiat : avoir un toit, manger à sa faim, se laver, se soigner, en somme participer aux formes les plus simples de la vie sociale." ; " c'est bien la nature indivisible des droits de l'homme qui se trouve ici en question. Le droit à une vie décente, le droit au logement, le droit aux soins de santé, le droit au travail, le droit à l'éducation, le droit à la participation sociale et politique doivent être considérés comme des droits fondamentaux de l'homme" » (p.9 de la Préface de Pierre-Henri Imbert)

     

     

     

     

     

    « Fondamentalement, les droits de l'homme sont le droit d'être un homme et surtout que ce n'est pas pour le respect des droits qu'il faut se battre mais pour le respect des personnes privées de ces droits ; car chaque droit doit avoir pour nous un visage. » (p.10 de la Préface de Pierre-Henri Imbert)

     

     

     

    « Là encore, je retrouvais des familles traitées en objets de mesures, d'aide et de contrôle, plutôt qu'en sujets de droit. Des familles n'ayant pour seule identité qu'une appellation négative : « asociales », « inadaptées » « lourdes » « familles à problèmes » la seule étiquette à peu près neutre de « sans-abri » leur étant peu à peu subtilisée. » (p.18)

     

     

     

    « Sans domicile reconnu, sans travail, sans carte d'électeur, mais aussi sans possibilité de faire inscrire les enfants à l'école, la famille était poursuivie pour squattage. (…) Curieusement, la famille avait un dossier auprès des instances judiciaires, alors qu'elle n'existait pas pour les instances scolaires ou de relogement. » (p.20)

     

     

     

    « Car la précarité de l'habitat engendre l'insécurité des relations, de l'amitié entre voisins, de l'amour entre époux, entre parents et enfants. Naissent alors le désordre et la violence. Ainsi, les familles, par leur misère, deviennent peu à peu des indésirables, sources de répugnance et de peur pour leur environnement. » (p.21)

     

     

     

    « Le pire des malheurs est de vous savoir compté pour nul, au point où même vos souffrances sont ignorées. Le pire est le mépris de vos concitoyens. Car c'est le mépris qui vous tient à l'écart de tout droit, qui fait que le monde dédaigne ce que vous vivez et qui vous empêche d'être reconnu digne et capable de responsabilité. » (p.23)

     

     

     

    (Les plus pauvres, révélateurs de l'indivisibilité des droits de l'homme de Joseph Wresinski)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    « L'univers n'est pas fait pour les gens comme Roswell.

     

    Il se tient replié sur lui-même comme s'il regrettait quand il était fœtus. Il est maigre, tordu.

     

    Dès que je l'ai vu, il m'a fait penser à cet extra-terrestre de l'affaire Roswell, dont la soucoupe volante s'était soi-disant écrasée aux Etats-Unis dans les années quarante.

     

    J'aurais pu l'appeler E.T. et cela lui irait très bien aussi.

     

    Mais Roswell, c'est plus classe. » (p.26)

     

     

     

    « Dix fois par jour, elle lui demande :

     

    • T'as pas soif, l'imbécile ?

     

    Ou : le crétin, le gogol , l'ahuri. Neuneu ou Débilou dans les jours de tendresse.

     

    Roswell se marre, montre son verre, hoche la tête, et chuinte :

     

    • Ah sschi : assch' ouaf ! » (p.26)

     

     

     

    « Dans les yeux de Roswell, il y a de la confiance aveugle, sans limite. Quelque chose d'un tout petit gamin, et d'une bête aussi. D'un chien battu, voilà.

     

    Autant d'amour dans l'oeil, ça me gave : je me crois obligée de m'occuper de lui. C'est pas du tout de moi, cette façon de ne pas m'en foutre. Mon cœur, ce n'est pas un chenil.

     

    Mais le soir, il n'y a rien à faire, je ne pourrais pas le laisser dormir sans un dernier bisou sur sa barbe râpeuse. Sans ses « Hésschantille-hein ? » et sans ses « Oké-sschef ! ». (p.33)

     

     

     

     

     

    « Je crois bien que Roswell est seul de son espèce.

     

    Tout seul et séparé de nous par une vitre invisible. C'est un poisson rouge en bocal. Il nous voit, on le voit, ce n'est pas pour autant qu'on vit vraiment ensemble. » (p.38)

     

     

     

    « La première fois qu'on voit Roswell, il fout la trouille.

     

    Ça cause un choc, ses grosses dents jaunies en bazar dans sa bouche, et son corps mal foutu, tout caricaturé. On a le sentiment que c'est une grave erreur, une gaffe de la nature, un vrai n'importe quoi. On voudrait pouvoir le démonter, le détordre, le mettre à plat, et le reconstruire dans l'ordre. Le regarder, ça met salement mal à l'aise, on se sent trop normal. Enfin, c'est ce que j'ai pensé, moi, en le découvrant tassé sur le canapé, avec le petit fil de bave luisant qui coulait de sa bouche, sa laideur incroyable, son sourire de monstre et ses yeux de bébé. » (p.43)

     

     

     

    « Seulement, pour ceux qui sont comme Roswell, ceux qui sont réellement affreux, c'est plus compliqué, je crois bien. Il faudrait oublier ce qu'ils montrent, pour pouvoir découvrir ce qu'ils cachent. Très vite, il faudrait l'oublier. » (p.111)

     

     

     

    « Il est d'une laideur parfaite. Il y a rien en lui qui ne soit pas raté, déformé, effrayant, ridicule. Rien sauf son regard de chiot, d'une douceur pas racontable. Sauf son rire éclatant , plein de vie et d'humour. » (p.111)

     

     

     

    « Qui peut dire jusqu'où Roswell comprend vraiment les choses ? L'autre jour, au canal, il n'a même pas eu peur, quand on a vu les deux racailles. Je lui ai dit : « C'est un jeu. » Il a trouvé ça drôle.

     

    C'est vrai qu'il y a eu sa question, au retour, pour savoir s'il était un monstre. Et puis ?

     

    Est-ce-que ça signifie qu'il pense ? Qu'il en souffre ? Il rit tellement, pour rien, tout le temps. Son frère a peut-être raison, après tout : Roswell n'est peut-être bien qu'un simple perroquet, qui répète les mots sans comprendre les phrases.

     

    J'aimerais bien en être convaincue. » (p.151)

     

     

     

    « Un être aussi différent, aussi moche et difforme, comment ne pas être hypnotisé ? Impossible de ne pas poser les yeux sur lui, de faire comme si de rien n'était. Trop dur. Réagir comme si tout allait bien, comme s'il était normal, ce serait gommer Roswell de la surface de la Terre, nier le peu qu'il a : ce look pas racontable, qui fait de lui un être unique au monde. » (p.178)

     

     

     

    « Gérard, lui, il s'en fout complètement de se tenir « comme il faut ». Il est au-dessus de tout ça, bien plus haut que la stratosphère. Comment faire autrement, quand tu as la gueule en vrac et le reste en pagaille ? Quand tu baves pire qu'un boxer, que tu bouffes tellement les mots que personne n'y comprend rien ? Quand les gens qui te voient passer se retournent en chuchotant, pour te mater en douce, comme si tu étais un alien ou un monstre de foire ?

     

    C'est peut-être pour ça qu'il plaît tant au Mérou, Gérard. Même combat. Rien à carrer de rien. Hors gabarit, hors normes.

     

    Le jour où je l'ai vu pour la première fois, je me suis dit qu'avec sa tête, il devait avoir un QI de têtard. Mais non, il est intelligent, Gérard. Pas de chance pour lui. Malgré tout, il se marre et il aime la vie. » (p.265)

     

     

     

    (Vivement l'avenir de Marie-Sabine Roger)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • « On ne me croyait pas, il fallait que j'avoue, c'est ça qui me rendait folle, qu'ils attendent ça de moi, cet aveu, comme si j'avais fauté, comme si j'étais coupable... J'aurais pu inventer une histoire de garçon, j'aurais dit c'était un soir comme ça, juste une fois, j'aurais pu ajouter qu'il y en avait eu d'autres, des histoires sans lendemain, mais je venais de comprendre que ça ne changerait rien, ce n'était pas ça qu'ils attendaient. Ils exigeaient des justifications, des vraies, des tangibles, des explications limpides sur ces mois d'attente où je n'avais rien attendu. Je devais malgré tout en savoir quelque chose, malgré tout, j'avais dû sentir, percevoir, deviner et je l'avais caché, enfoui, dissimulé, sans le vouloir, certes, mais il y avait forcément eu des signes que j'avais étouffés, des signes de cette vie qui grandissait en moi, car enfin sinon... j'avais des comptes à rendre, des mots à fournir parce que tout de même... » (p.101)

     

    Drogue du viol

     

     

     

    « Google... j'ai tapé « ghb ».

     

    J'ai lu :

     

     

     

    Drogue du viol : le GHB ou acide Gamma Hydro Butyrique est un produit stupéfiant que les consommateurs utilisent pour favoriser des relations sexuelles forcées. Il induit un état hypnotique et des amnésies (troubles de mémoire). » (p.216-217)

     

     

     

    « Cette nuit-là, déjà, tu as su qu'il te voulait du mal, que son amour vorace te voulait tout entière et que toi, tout entière ne suffirait jamais à combler son désir, tu ne voulais pas, souviens-toi, tu ne voulais pas, il te faisait peur, ce n'est pas à toi qu'il parlait, c'était à une image, c'est pas ça que tu voulais, il ne t'aimait pas, toi, il aimait quelqu'un d'autre, celle qu'il a violée.

     

    Mais celle qu'il a violée, c'est toi, qu'est-ce que toi tu peux faire avec ça ? Tu n'es pas elle, et pourtant elle, c'est toi. Tu es là, tu n'es pas là, il t'a coupée en deux... en trois... en mille morceaux. Tu n'es plus rien, il n'est plus rien, tu n'es pas là, c'est ça qu'il ta donné, cette absence à toi-même. » (p.224-225)

     

     

     

    (La décision d'Isabelle Pandazopoulos)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    « Tous les jours (…) j'ai conscience de la couleur de ma peau – on me fait sentir la couleur de ma peau, que ma peau a une couleur, que j'appartiens à une race. Je suis d'abord la couleur de ma peau et ensuite Anna. Comme si on pouvait diviser, séparer les gens comme ça. » (p.195)

     

    La couleur de ma peau

     

     

     

    « Anna se rend compte que sa position dans la société américaine change avec l'avènement des droits civils, mais elle considère ceux-ci comme une exigence et un cadeau, alors qu'ils ne devraient être ni l'une ni l'autre. Les Américains noirs ne devraient pas avoir à exiger, à supplier, à cajoler, de même que les Américains blancs ne devraient pas être en mesure de refuser ou d'accorder. A quoi s'ajoute la question de la gratitude ; avec un des deux camps qui aimerait bien que l'autre se montre reconnaissant, alors que cet autre camp veut bien être pendu s'il parvient à comprendre de quoi il devrait l'être. » (p.215-216)

     

     

     

    (Le jour du patchwork de Whitney OTTO)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • « Je ne me sens en rien arrière-arrière-petit-fils d'esclaves ou issu d'un village du fin fond de la brousse. J'ai appris l'histoire de France à l'école, comme tous mes camarades et pour un peu, si on ne me le rappelait pas régulièrement, j'oublierais que je suis noir.

     

    Mon cousin Alain est très choqué quand je lui affirme cela : il estime pour sa part que nous sommes porteurs de l'histoire de nos aïeux, que la couleur de notre peau nous oblige à nous battre, à combattre les inégalités et à redonner leur fierté à nos disparus.

     

    Je veux bien le croire, mais mon problème à moi c'est que je ne me sens pas noir, je suis juste un gars de seize ans qui habite une banlieue, amoureux d'une fille qui ne semble pas le voir, un gars de seize ans en première qui rêve d'être un jour un grand journaliste. Que ce soit bien clair, je ne veux pas être un journaliste noir. Je veux juste être un journaliste. Un bon journaliste.

     

    Je ne suis pas sûr qu'un lycéen blanc se considère avant tout comme blanc. Il se considère comme un lycéen, non ? Je ne suis pas sûr que ce même lycéen dont l'arrière-grand-père est mort à la guerre de quatorze, dans les tranchées, se sente au quotidien porteur de cette horreur et porte-drapeau de cette injustice devant le peuple humain.

     

    Eh bien, je suis comme lui, désolé que l'histoire soit si cruelle et plein de rêves pour mon avenir. » (p.18-19)

     

     

    Je ne me sens pas noir

     

     

    « Dans ton pays, si on traite quelqu'un de nègre, on est taxé de raciste, mais quand on l'appelle black, on est dans le coup, dans le mouv' comme disent les chanteurs aujourd'hui. Moi qui suis noire comme Solex, ça me fait bien rire ; black ça évite le mot noir, et le noir, tout le monde sait, ce n'est jamais bien propre. (…) Alors que black, ça fait américain, basketteur, sapeur, chanteur... c'est classe, propre, riche. Mais quand tu y penses, black, ça veut juste dire noir. » (p.125)

     

     

     

    (Petites histoires de quartiers de Julia Billet)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    « Il s'inquiétait de toujours vous plaire, plus exactement de ne pas vous déplaire. Vous étiez, comment dire, son idéal. » (p.58)

     

     

     

    « David avait une personnalité attachante mais une faiblesse : la crainte de ne pas correspondre à ce que les autres attendaient de lui. Vos parents le poussaient à étudier le droit, pas question pour lui de les décevoir. » (p.65-66)

     

     

     

    « Parce que nous nous ressemblions tous les deux. Je suis une fille d'origine maghrébine. Difficile pour une fille arabe de disposer de sa vie. Ma famille, mon père surtout, veut que j'épouse un musulman. Moi, je ne veux pas et je dois me battre. Inimaginable pour lui que je vive avec un Français. L'incompréhension, l'intolérance inconsciente parfois de ceux qui vous aiment sont lourdes à porter. Et il est difficile de se confier à ceux qui vous connaissent depuis longtemps. » (p.67)

     

     

     

    « C'est tellement plus simple, ajoute-t-elle. Tellement banal. Mais il n'arrivait pas à en parler avec vous, avec vos parents. Un blocage. Il craignait votre jugement, votre regard parce que justement vous ne le voyiez pas tel qu'il était, vous vous étiez créé une image de lui qui n'était pas la sienne. Ça le minait, je crois. » (p.68)

     

     

     

    Disposer de sa vie

     

     

    « L'école de Gély. La cour de récréation.

     

    Ça crie, ça court, ça rit... Un de tes copains en jouant, David, te bouscule brutalement. Tu tombes. Genou ensanglanté. Tu as mal, tu pleures.

     

    • La mauviette ! Commence à crier Raphaël Paréja.

    • Le bébé ! Renchérit Jacquy Saumade.

    • Le pédé ! Le pédé !

    • Le pédé ! Tous reprennent en choeur.

     

    Six ans, tes copains comprenaient-ils seulement ce qu'ils disaient ?

     

    Je m'approche pour prendre ta défense. Très fort, je déclare :

     

    • Je vous interdis. Mon frère n'est pas un pédé !

     

    Non, ce jour-là, David, je n'ai pas pris ta défense. Dans mon intonation, transpirait trop le refus inconscient, bête et catégorique que mon frère plus tard puisse être homosexuel.

     

     

     

    « Avec cette p'tite gueule, mon David, sûr, tu vas les faire toutes craquer... » Ma phrase.

     

    « Quand nous aurons des petits-enfants de David. » Phrase des parents.

     

    (…) Je regarde mon image dans le rétroviseur. Ai-je l'air si intolérant ? Avais-tu vraiment peur de moi . » (p.69-70)

     

     

     

    (Le cahier rouge de Claire Mazard)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    « Surtout je pris conscience de ce que je pouvais réellement représenter pour elle : un faire-valoir. Je n'avais jamais été pour elle qu'un handicapé. Elle me fréquentait pour s'attirer la sympathie des gens. J'étais sa « bonne réputation ».

     

    Et j'en eus rapidement la certitude quand elle commença à me parler de l'élection de Miss Annecy. Elle souhaitait mon témoignage durant la cérémonie. Elle eut même l'audace, et la bêtise surtout, de me dire que ce serait une bonne pub pour elle de montrer qu'elle n'avait pas peur de ma différence.

     

    Ce sentiment de trahison me fit sans doute plus mal que toutes mes douleurs physiques passées. » (p.21-22)

    Condescendance

     

     

     

    « Être dans un fauteuil roulant, c'est s'adapter à un nouveau point de vue. Plus rien n'est à votre hauteur. Il devient impossible d'effectuer certains gestes essentiels de la vie courante. Retirer de l'argent à un distributeur tient de l'ascension de l'Everest. Plus question de participer à une ola pendant un match de foot ni de se pencher par-dessus l'épaule d'un curieux pour regarder un accident...

     

    On se retrouve à la taille d'un enfant. Et la condescendance avec laquelle certaines personnes vous traitent tend à confirmer que vous en êtes redevenu un, comme si vos capacités mentales avaient fondu d'un coup. » (p.49)

     

     

     

    (Pensée assise de Mathieu Robin)

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    « - A cette époque, nous espérions que tu orienterais ta vie autrement...

     

    - Comment cela ? Vous vouliez que je devienne machiniste ?

     

    - Günther, Tim, laissez tomber !

     

    - Mais non, maman, laisse dire à papa ce qu'il a sur le cœur.

     

    - Non, je ne souhaitais pas que tu deviennes machiniste, mais je ne pensais pas qu'un jour... tu vivrais avec un homosexuel...

     

    - Cet homosexuel comme tu l'appelles, est la personne que j'aime parce que je suis pédé comme lui... Quand comprendras-tu cela ?

     

    - Tim, nous acceptons que tu mènes la vie que tu veux... finalement tu es une grande personne... tu sais ce que tu fais.

     

    - Pas du tout ! Vous ne l'acceptez pas... pourquoi n'êtes-vous jamais venus chez nous ?

     

    - Que nous admettions ton genre de vie ne veut pas forcément dire que nous l'approuvions ! » (p.11)

     

     

    L'intolérance tue

     

     

     

    « Beaucoup d'entre nous n'ont pas de relation stable, mais les hétérosexuels aussi. Si les homosexuels multiplient les aventures c'est à cause des voisins, des collègues, des parents qui nous méprisent. Ce sont des gens comme toi qui nous forcent à vivre notre sexualité dans le secret ! »

     

     

     

    « ... Qui dira la douleur de perdre cinq, dix amis, nos amis de rencontre ou de longue date... qui dira qu'il faut porter ce chagrin et continuer de vivre... pour en enterrer d'autres.

     

    Si je ne meurs pas du sida, je mourrai parce qu'on me quitte... La solitude sera ma mort. » (p.58)

     

     

     

    « Lisa avait le sida mais c'est l'intolérance qui l'a tuée... » (p.58)

     

     

     

    (L'avenir perdu d'Annie Goetzinger)

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Pauvrophobie

    source : Journal d'ATD Quart-Monde - novembre 2016

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    « - Mais ces matchs sont trop déséquilibrés !!

     

    - Ah, ça, non !!! Arrêtez de jouer les victimes.

     

    - Hein ? Quoi ?

     

    - Ce truc, cette machine, aujourd'hui c'est la jambe de Vince.

     

    Vous n'allez quand même pas envier un type qui a une jambe mécanique ?

     

    (…)

    Déséquilibre ?

     

     

    - Pourquoi est-ce que tu dis qu'on l'envie ?

     

    - Kiyoharu Togawa, lui il a une jambe mécanique !! Et c'est là qu'est son talent.

     

    Mais en contrepartie, il est deux fois moins grand que vous.

     

    Si ce n'est pas juste, comme vous dites, alors venez vous aussi en fauteuil roulant !'

     

     

     

    (Real T.1 de Takehiko Inoue)

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique