• "C'est bien pourquoi il faut se garder d'interdire, n'importe quel livre peut être bon pour quelqu'un à un moment donné. Il faut remarquer (à qui importe ce fait ?) que généralement (pour 4% de la population !) il est plus facile à quelqu'un de rencontrer un livre qui lui apporte quelque chose qu'un être humain !"

     

    (Le rat, la Célestine et le bibliothécaire de Pierre-Yves Lador, page 157)


    votre commentaire
  • "A la bibliothèque, la pluralité implique en partie l'impersonnalité pour que chacun s'y retrouve dans un univers à sens attribué par une majorité. le lecteur est une poule qui picore un livre dur sur une étagère, au hasard, picoti, picota... merveilleux hasard des livres qui se côtoient et ne se ressemblent pas..."

     

    (Le rat, la Célestine et le bibliothécaire de Pierre-Yves Lador, page 174


    votre commentaire
  • "Le bibliothécaire veut amener à la lecture les pauvres, les ouvriers, les illettrés, les non-intellectuels, les laissés-pour-compte, la lecture est la panacée, la consolation universelle, le levier libérateur, conception issue sans doute des religions monothéistes à livre sacré, conception renforcée à la Révolution française, conception d'instituteur d'école primaire laïque obligatoire, conception idéaliste parce que précréée par des idéalistes."

    (Le rat, la Célestine et le bibliothécaire de Pierre-Yves Lador, p.63)

     


    votre commentaire
  • "Il conserve, il amasse, il économise, il regrette, il vit par substitution. Il recopie des livres, les photocopie, découpe les journaux, empile les citations, compile, compulse les bibliographies, fait des fiches mortes avant d'être nées, classe, déclasse, préclasse et reclasse mais de ces classements rien ne jaillit jamais que des rêves poussiéreux."

     

    (Le rat, la Célestine et le bibliothécaire de Pierre-Yves Lador, page58)


    votre commentaire
  • "Serais-je encore moi si je ne m'enthousiasmais pas chaque jour ou presque pour un livre ? J'y trouve toujours quelque chose et parfois trop...

    Pour reprendre les choses d'un autre point de vue, s'il y a un bibliothécaire, sa mission et sa position se définiront bien entre le livre et le lecteur et en fonction des spécifications de l'un et de l'autre."

    (Le rat, la Célestine et le bibliothécaire de Pierre-Yves Lador, p.76)  


    votre commentaire
  •    "Et comme de nombreux petits éditeurs, comme quelques bons libraires, comme quelques journalistes plus indépendants, quelques bibliothèques essaient d'offrir à la fois tout ce dont on parle et à la fois des livres moins connus. Toute la richesse de notre mission est dans le à la fois.

    (...)

    Satisfaire chacun, offrir une image du monde, de ses masses mais aussi de ses espèces rares en voie de disparition ou de ces mutants de demain."

     

    (Le rat, la Célestine et le bibliothécaire de Pierre-Yves Lador, pages 42-42)


    votre commentaire
  • "On a peur du bibliothécaire qui veut vous forcer à lire le bon livre, on a besoin du bibliothécaire qui vous indiquerait où trouver ce que l'on cherche. Et cela nous offre une autre image, celle du bibliothécaire qui a été lecteur, qui sait ce qu'il ne sait pas, qui sait qu'il peut apprendre à chaque instant, et interroger et répondre, dialoguer, aider, informer, qui sait que l'on peut avoir besoin de n'importe quel livre, qui sait ce qu'il aime mais qui sait pourquoi il l'aime et qu'un autre aimera un autre livre pour une autre raison."

    (Le rat, la Célestine et le bibliothécaire de Pierre-Yves Lador, p.64)


    votre commentaire
  • La Célestine, dans le livre de Pierre-Yves Lador, représente la facette du médiateur des métiers du livre.

    Le rat, la Célestine et le bibliothécaire

    L'entremetteuse qui va mettre en relation celui qui cherche et l'ouvrage susceptible de lui apporter une réponse...

    Le rat, la Célestine et le bibliothécaire


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique