• Tag humiliation

    Résultats pour la recherche du tag humiliation :
  • ...droit de décider quand le jeu s’arrêterait.   Je ne supportais pas ça. Je les détestais. J’aurais pu accepter n’importe quoi, n’importe quelle humiliation pour ne pas avoir à subir ces signaux ambigus dirigés contre nous, contre les filles. Les répliques mielleuses, les mains qui...

    Lire la suite...

  •   « Dès qu’elle bougeait, les seins de Bella ballotaient. Aucun tee-shirt au monde ne pouvait les rendre invisibles. Lorsqu’elle s’est finalement mise à courir, qu’elle a pris de la vitesse et qu’elle a vraiment essayé de s’investir – pour son équipe -, les garçons se sont...

    Lire la suite...

  • « Elle marche sur le côté de la route, les yeux baissés, le visage dissimulé sous un foulard. Dans certains villages, les Dalits doivent signaler leur présence en portant une plume de corbeau. Dans d’autres, ils sont condamnés à marcher pieds nus – tous connaissent l’histoire de cet...

    Lire la suite...

  • ...s'affirmer, et l'agressivité féminine comme de l'hystérie). »    « Du coup, je me demande ... quel niveau d'humiliation, quel niveau de violence "légale" subie devra-t-on atteindre, pour qu'on nous estime légitimes à réagir en dehors du cadre que nos oppresseurs ont défini pour nous...

    Lire la suite...

  • ...celui-ci tandis que tout le monde rigolait. La caméra fit alors un gros plan sur Ben. On pouvait lire la peur dans ses yeux. L'humiliation sur ses lèvres.   (…)   Coppola contemplait son œuvre avec satisfaction. C'était sans nul doute la première fois qu'un de ses films touchait un public...

    Lire la suite...

  •   « - ça n'a pas trop d'importance, tente-t-il d'expliquer. Bastien m'a juste embêté une ou deux fois.   - Embêté comment ? Insiste-t-elle.   Valentin se sent de plus en plus accablé. La raison de ses retards répétés ne tient pas seulement à ses problèmes de crachats et de vélo...

    Lire la suite...

  • ...milieu de Cliffsend et de ses rochers, il y a toujours des corvées ménagères ; et des doses quotidiennes d'humiliation, on en trouve n'importe où ! » (p.14)     « J'ai écrit plusieurs fois que j'appartenais au froid et à l'obscurité et à l'humidité. C'est à la fois vrai et faux....

    Lire la suite...

  •   « La porte du vestiaire a été ouverte avec une telle violence que les cloisons du préfabriqué tremblaient. Je n'ai rien vu, j'ai senti mon cœur battre. Quand j'ai compris que le gros Didier était entré dans notre vestiaire et qu'il fonçait sur moi, les battements accélérés du sang...

    Lire la suite...

  • « « Parle un peu. Juste un mot », demande Zoreh. Je ne réponds pas. Je ne peux pas lui dire que les mots ne passent pas, que je ne veux pas faire le moindre geste parce que j'économise mes forces pour le jour où je vais tuer le gros Didier et son copain Xavier qui se prend pour Rambo.   ...

    Lire la suite...

  • « Au fil des jours, j'interrogeai ainsi les autres locataires mais ils n'avaient pas le caractère facile et les langues, décidément, ne se déliaient pas. En tout cas, on pensait des choses effroyables des habitants de la terrasse. Des histoires atroces circulaient sur leur compte. Qu'ils...

    Lire la suite...