•  

    « Se retrouver dans la rue, pas difficile

     

    Honteux de sa main tendue, pas difficile

     

    C'est comme l'envers d'un jeu, une cascade

     

    Ou l'on glisse peu à peu, dégringolade

     

    Il suffit d'un matin gris bien ordinaire

     

    D'une lettre qui vous dit y a rien à faire

     

    On ne peut plus vous garder

     

    On ne peut plus vous loger

     

    On ne peut plus vous aimer

     

    Il faudra vous débrouiller

     

    Seul

     

    Quand ça commence

     

    La malchance

     

    Ça vous balance

     

    Drôle de danse

     

    J'y pense...

    Pas difficile

     

     

    Dormir sur un coin de quai, pas difficile

     

    Une inscription à la craie, pas difficile

     

    Plus de maison plus de chaud et plus de place

     

    On ne donne pas de boulot à cette crasse

     

    Plus de boulot plus de sous et plus de piaule

     

    C'est une histoire de fou, pas vraiment drôle

     

    On ne peut pas vous laisser

     

    Car le métro va fermer

     

    On ne peut rien vous donner

     

    Pour qu'vous alliez vous saouler

     

    Seul

     

    Quand ça commence

     

    La malchance

     

    Ça vous balance

     

    Drôle de danse

     

    J'y pense...

     

    Se retrouver en prison, pas difficile

     

    Votre mère avait raison, pas difficile

     

    Prendre un peu ce qui est là qui fait envie

     

    Et qu'on ne vous donne pas, vive la vie

     

    Ou glisser sans le savoir, drôle de drame

     

    Au filet du désespoir pour quelques grammes

     

    On ne peut pas vous donner

     

    On ne peut pas vous soigner

     

    On n'peut pas vous pardonner

     

    Faudra vous habituer

     

    Seul

     

    Quand ça commence

     

    La malchance

     

    Ça vous balance

     

    Drôle de danse

     

    J'y pense...

     

    Passer sans se retourner, c'est trop facile

     

    Dire qu'on n'a pas à donner , c'est trop facile

     

    Penser qu'on est différent parce qu'on est propre

     

    Quand le malheur mécontent nous apostrophe

     

    C'est ignorer qu'un matin, demain peut-être

     

    On peut la tenir en main la triste lettre

     

    On ne peut plus vous garder

     

    On ne peut plus vous loger

     

    On ne peut plus vous aimer

     

    II faudra vous débrouiller

     

    Seul

     

    Quand ça commence

     

    La malchance

     

    Ça vous balance

     

    Drôle de danse

     

    J'y pense...

     

    J'y pense...

     

    J'y pense... "

     

     

     

    Anne SYLVESTRE – Tant de choses à vous dire (1986)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique