• Sans son consentement

    « Je n'ai pas été traumatisée plus que ça le jour où ta liste est apparue. J'ai survécu. Je savais que ce n'était qu'une blague. Et les gens que je voyais dans les couloirs, agglutinés autour de celui ou celle d'entre eux qui en brandissait une copie, ils savaient que c'était un gag, eux aussi. Rien qu'un bon gros gag idiot.

     

    Mais que se passe-t-il quand quelqu'un décrète que vous avez les plus belles fesses de première année ? Laisse-moi te l'expliquer, Alex, parce que c'est un truc que tu ne sauras jamais. Cela donne aux gens – certains, en tout cas – le feu vert pour vous traiter comme si vous n'étiez plus que cette partie-là de votre anatomie. » (p.50)

     

     

     

    « « Eh, Wally, tu sais quoi ? » J'ai senti son souffle sur mon épaule.

     

    J'ai refermé mon sac, qui était resté posé près de la caisse. Wally a baissé les yeux comme s'il fixait un point juste au-delà du rebord du comptoir, au niveau de ma taille, et j'ai tout de suite compris.

     

    J'ai senti une main sur mes fesses. Et c'est là qu'il l'a dit.

     

    « Les Plus Belles Fesses de Première Année, Wally. Ici, devant toi, dans ton magasin ! ». (p.53)

     

    Sans son consentement

     

    « Je me tenais dans l'axe de la porte, prête à partir, quand il m'a rattrapée par le poignet pour me forcer à me retourner.

     

    Il a dit mon prénom et quand j'ai levé les yeux vers lui, la rigolade était terminée.

     

    J'ai voulu me dégager, mais sa poigne était ferme.

     

    (…)

     

    Je sais de qui elle parle, à présent. Je reconnais cette manie de saisir les filles par le poignet. Ça me donne chaque fois envie de l'attraper par son tee-shirt et de le repousser jusqu'à ce qu'il lâche sa proie.

     

    Mais à la place je fais semblant de ne rien voir.

     

    (…)

     

    Alors ce salopard m'a lâché le bras et il a posé sa main sur mon épaule. « C'est juste pour rire, Hannah. Relax. »

     

    OK, analysons un peu cette scène.(...)

     

    D'abord, les mots – ensuite les actes.

     

    Déclaration numéro un : « C'est juste pour rire, Hannah. »

     

    Traduction : ton postérieur est mon jouet personnel. On croirait pourtant avoir son mot à dire, en tant que propriétaire de ses fesses, mais c'est faux. Du moins, pas tant que « c'est juste pour rire ».

     

    (…)

     

    Déclaration numéro deux : Relax. »

     

    Traduction : allez, Hannah, je n'ai fait que te toucher sans la moindre invitation de ta part. Si ça peut te faire plaisir, vas-y, touche-moi aussi, quand tu veux.

     

    Parlons maintenant des actes, voulez-vous ?

     

    Geste numéro un : me mettre une main aux fesses.

     

    Interprétation : permettez-moi de revenir un peu en arrière et de déclarer que ce mec ne m'avait jamais pelotée auparavant. Alors, pourquoi maintenant ? Mon pantalon n'avait rien de spécial. Il n'était pas particulièrement moulant. Certes, la taille était un peu basse et laissait probablement entrevoir un petit bout de mes hanches, mais il n'a pas posé sa main sur mes hanches. Il l'a posée sur mes fesses. »(p.56-57)

     

     

     

    « Petit conseil. Quand vous touchez une fille, même pour rire, et qu'elle vous repousse.... fichez lui la paix. Stop. Ne la touchez plus. Nulle part! Votre contact la dégoûte un point c'est tout. » (p.58)

     

     

     

    (Treize raisons de Jay ASHER)

    « CharbonConstellations »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :