• Être libre de penser et d'agir

    « Tu regardes trop la télé, toi ! (…) C'est mon propre choix ! Tu sais, les musulmanes ne sont pas toutes esclaves de leur peur ou de leur mari ou de leur frère ou de leur cousin ! Elles sont capables de prendre des décisions et de s'exprimer ! Pour toi et ta maman, le manteau et le foulard représentent une prison, et la jupette la liberté ! Mais pour moi, c'est l'inverse ! Tu comprends ? » (p.11)

       

    « Je me fiche d'être malpoli. Ta copine, elle n'est pas halal du tout, il n'y a qu'à regarder sa jupe à paillettes, et sa fille non plus, il n'y a qu'à regarder sa robe de chambre. Je suis sûr que dans la rue ni l'une ni l'autre ne portent de foulard. Elles aussi, on va les lapider. » (p.20-21)

       

    « Ali est un homme très pieux : il fréquente la mosquée chaque vendredi, il prie cinq fois par jour comme Naïma, il porte des tuniques blanches immaculées, et il passe des CD du Coran en guise de musique dans sa boutique. Mais Ali est un homme tolérant, ouvert et respectueux des croyances et des cultures des autres. Chacun sa vie, ses oignons et son dieu ! A-t-il coutume de répéter. » (p.31)

       

    « Dans le temps, chaque village avait son idiot. Aujourd'hui, chaque quartier a son abruti. Près de l'impasse du Cachalot, l'abruti du quartier, c'est Bob, un grand baraqué d'une trentaine d'années, toujours à traîner devant la mosquée, en jogging et baskets blanches, les chaussettes remontées sur ses mollets velus. Bob n'a pas inventé le fil à couper le beurre, mais le problème n'est pas là. Le véritable souci, c'est qu'il est pour la peine de mort, et qu'il a décidé que tout le monde devait penser comme lui. Et comme il est costaud et qu'il a une grosse voix, il en profite pour influencer les petits.» (p.35)

     

      

    Être libre de penser et d'agir

      

    « Il n'a aucune envie que Salem lui traîne dans les pattes, pour une fois qu'une jolie femme lui adresse la parole. Dans le quartier, Bob est connu comme le fils extrémiste du boucher extrémiste qui veut lapider tout le monde. Du coup, aucune femme n'est prête à l'épouser ! Et là, miracle, en voilà une qui n'a pas eu vent de sa réputation !

     

    - Rentre chez ta mère, petit morveux, tu vois bien que les adultes sont occupés ! continue Bob.

     

    Salem reste les bras ballants. Où est passé Bob le chaleureux, Bob le protecteur, Bob qui lui offrait des bonbons et s'occupait de lui comme un frère, lui soufflant ce qu'il fallait dire et penser, ce qui rendrait Dieu content ou mécontent, et ainsi il irait direct au paradis ?

     

    A voir la mine décomposée de Salem, maman a le cœur déchiré. Mais il ne faut surtout pas flancher. Elle agit pour le bien de Salem, pour le bien de Naïma, pour le bien de Karima et pour le bien d'Ali. Elle fait tout ça pour le bien de tout le monde, les femmes comme les hommes, pour que jamais plus personne ne condamne qui que ce soit à la peine de mort – lapidation, pendaison, injection, peu importe !

     

    Il faut que chacun puisse croire en paix au dieu qu'il veut, ou ne croire en rien, porter des jupettes ou des hijabs, manger des carottes, des bonbons ou du cochon, des cacahuètes salées ou des grillons grillés, aller à la mosquée, ne pas y aller, au temple, à l'église ou dans aucun de ces lieux, bref, être libre de penser et d'agir ! » (p.42-43)

     

     

     

    «  C'est alors que Salem éclate en sanglots. Maman se glisse dans son dos. Un peu pour le consoler, beaucoup pour jeter un œil à l'écran de l'ordinateur. Quel choc ! Elle s'attendait à tout sauf à ça. Salem a tapé le mot « lapidation ». Depuis combien de temps regarde-t-il ces horreurs ? Son petit visage exprime le désarroi le plus grand. Et le voilà qui pleure, qui pleure, qui pleure. Je veux m'approcher, mais maman m'interdit de regarder l'écran.

     

    - Madame Virgule, je n'ai jamais voulu dire ça ! Bob m'a expliqué qu'il était juste de lapider les gens ! Moi j'ignorais ce que ça voulait dire ! Et comme il me donnait un paquet de bonbons à chaque fois que je répétais ce qu'il me disait, j'ai répété comme un perroquet.

     

    (…)

     

    - Je n'avais pas compris ce que c'était la lapidation ! Je n'avais pas compris ! (Salem se répète, il pleure.) Tu te rends compte... tuer des gens à coups de pierres !

     

    - Oui, Salem, je me rends compte, dit maman. » (p.50-51)

     

     

     

    (Si tu me tues, je te tue de DJAAN)

    « AustralieTunnels »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :