• Un enfant à vie

    " Xavier était redevenu un bébé. Il avait perdu presque tous ses acquis : la marche, la propreté, la parole. Tout ça lui reviendrait, il suffisait d'être patient. Mais il n'irait pas plus loin. Bref, de bébé, il deviendrait enfant. Adulte, jamais. Et pourtant, son corps se développerait. A force de soins et d'attentions, il pourrait peut-être acquérir une petite autonomie, se livrer à quelques travaux manuels…

     Mon grand frère était devenu un attardé mental. Un anormal. Un débile.

     - Et physiquement, murmurai-je, ça se verra ? A part le trou dans la gorge…

     - Il faudra surveiller son poids... Manger deviendra un de ses grands plaisirs…

     Mes parents en savaient-il autant ? Avaient-ils compris qu'ils venaient d'hériter d'un enfant à vie ? Pensaient-ils, comme moi, qu'il aurait mieux valu que Xavier ne se réveille pas ?" (p.23-24)

       

    "Papa me reprochait de ne pas aider. En particulier, je ne voulais pas rester seul avec Xavier. J'avais peur. Il était devenu imprévisible, incontrôlable. Je criagnais qu'il se blesse en heurtant un meuble, qu'il mette le feu, qu'il se noie dans la baignoire. Il était à la fois si fort et si pataud !

     En fait, j'osais à peine lui parler. Comment gronder un frère retombé en enfance ? Comment trouver le ton ?" (p.37)

       

    Un enfant à vie

    "J'avais envie de lui dire que c'était encore plus affreux que ça. Qu'il ne comprenait rien. Qu'il mangeait gloutonnement et salement. Qu'il avait un air de bon chien. Qu'il touchait tout le monde de ses doigts moites et mous. Que ce n'était plus Xavier. Que j'aurais préféré le voir mort. Que chez nous, c'était devenu irrespirable à cause de lui. Que j'avais honte. Honte de lui, de moi, de ma mère et de son faux entrain, de mon père et de sa lâcheté. Que je voulais disparaître." (p.39-40)

      

    "J'essayais de m'imaginer qu'il était né ainsi. Il m'aurait été bien plus facile de l'aimer, de le choyer, de le protéger.

     Mais il avait été Xavier, mon frère aîné ! Mon idole, mon modèle... C'était ça qui était insupportable. Il n'avait pas le droit de me faite un coup pareil. De me lâcher et de redevenir bébé. Bébé à jamais. Je lui en voulais terriblement. J'en voulais à cette pauvre chose molle et sans défense. Quelle honte... !" (p.53-54)

       

    "A présent, il pouvait monter et descendre l'escalier, mais l'émotion le rendait maladroit et il se cognait partout. Je compris qu'il ressentait des chagrins et des joies, comme nous. C'était sans doute ça, le plus difficile : comprendre ce qui avait changé et ce qui n'avait pas changé chez lui. Il ne cessait de me surprendre. Je pense que c'est par peur qu'on fuit les handicapés. Ils nous déstabilisent, car on ne sait jamais à quoi s'attendre. Pour nous, les émotions et la compréhension vont ensemble. Avec eux, il faut apprendre à décomposer." (p.71)

      

    (Mon grand petit frère de Brigitte PESKINE)

     

     

    « Quand on ne dit pas oui, c'est non La condition de vie des femmes régresse »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :