• Tag identité

    Résultats pour la recherche du tag identité :
  •   « Pas d’amant,   Pas d’enfant   J’suis la fille qui vit sans   La fille qui se suffit de sa vie.   Autrefois j’avais des ambitions   Un mec, un boulot, une maison   J’me suis fait une raison   J’me débrouille sans passion.   Pas d’argent   Pas de talent   J’suis la...

    Lire la suite...

  • « Récapitulons : je nais avec un ptosis, ce qui est déjà pas mal. On peut ajouter à ceci des genoux cagneux, des cheveux filasse ni bruns ni blonds (mais ça, il paraît que c’est très tendance : les Américains appellent cette nuance le « brond »).   Ensuite, je suis faite comme un...

    Lire la suite...

  • «  Quand j’ai arrêté de picoler, je me suis dit : «  Comment tu vas tenir le coup ? » Alors je me suis répondu que j’avais qu’à faire comme si j’étais sur une île déserte, pas un bistrot à l’horizon, pas un marchand de vin, rien, comme si j’étais Robinson Crusoé....

    Lire la suite...

  • ...écraser les femmes.   En résumé, dans ce code les Algériennes n’ont pas droit à une existence, à une identité à part entière. Elles sont la fille, la mère ou l’épouse d’un tel – jamais elles-mêmes.   De la naissance à la mort, les Algériennes demeurent toujours des...

    Lire la suite...

  • « ...le rôle de celle qui, avec ses deux petits livres, avait tenté d'aider chaque femme à s'avouer ce que d'habitude elle ne savait pas se dire ? N'étaient-ce que des formules auxquelles il m'était commode de croire, alors qu'en réalité rient ne me distinguait des femmes de mon âge les...

    Lire la suite...

  • « En fait, je me suis roulé moi-même, et si Lina ne m’avait pas aidé, je serais mort roulé. Ses yeux s’embuèrent : Ce qu’elle a fait de plus beau pour moi, c’est de m’obliger à la clarté. Elle m’a appris à me dire : Quand j’effleure le pied nu de cette femme, je...

    Lire la suite...

  • « J'oubliais que j'étais chinoise sauf quand on me le rappelait.   –     Mais tu as le visage tout aplati !!!   –     Non, mais en vrai ton prénom c'est quoi ?   –     Vous mangez vraiment des chiens ? » (p.64)    « Mes parents aussi me rappelaient que j'étais...

    Lire la suite...

  • « Eh oui, en 1928, Virginia Woolf pose déjà la question du genre :   peut-on être ni homme ni femme, ou homme et femme à la fois ? Sommes-nous attirés par telle chose parce qu’on est une femme ? Sensibles à telle autre parce qu’on est un homme ? Ou bien parce que notre éducation et la...

    Lire la suite...

  •   « - Quand on est différent, on devient souvent le bouc émissaire, reprend-il. En général, je ne réagis pas et les gens finissent par se lasser.   - Tu ne préférerais pas t’intégrer ?   - Pas spécialement, pourquoi ? Je n’ai aucune envie de suivre leurs règles. Je veux juste...

    Lire la suite...

  •   « Une fois, j'avais demandé à mon père pourquoi on était juifs.   - Parce qu'on est les enfants d'Abraham, d'Isaac et de Jacob.   Réponse qui n'avait guère éclairé mon jeune cerveau. Ce que je voulais savoir et que j'avais tant de peine à formuler, c'est pourquoi tant de gens avaient...

    Lire la suite...