• Pour que le cauchemar cesse

     

    « Je ne m'explique toujours pas d'avoir tu à ma famille l'isolement scolaire dont j'étais victime. (…)

     

    Personne ne doit aller à l'école la boule au ventre. Le corps enseignant comme les proches doivent être vigilants et attentifs à tous ces signaux extérieurs de mal-être. Tous les milieux sont concernés, sans exception. Et surtout, les enfants doivent oser parler, pour que le cauchemar cesse. C'est la seule issue. » (témoignage de Mélissa THEURIAU en préface)

     

     

     

    « Le harcèlement réunit trois critères : la volonté de nuire, la répétition et enfin un rapport de force dominant / dominé.

     

    Un enfant peut subir différentes situations de harcèlement au cours d'une même journée, dans différents espaces scolaires (la salle de classe quand l'enseignant(e) a le dos tourné, la cour de récréation, les couloirs, les escaliers, les toilettes, la cantine, le bus...). Une fois que les attaques s'installent, le harcèlement peut durer tant que « la loi du silence » n'a pas été brisée.

     

    Quand on est victime de harcèlement, on est très souvent isolé face à un groupe. On peut se retrouver seul face à un groupe de deux ou trois élèves ou face à un groupe « classe », à savoir toute une classe qui s'acharne sur la ou le même élève.

     

    Au bout d'un moment, certains élèves finissent même par être désignés « victimes » par tout le monde et subissent des faits de violences répétées de la part d'enfants d'autres classes, d'autres niveaux. » (postface par Noémya GROHAN)

     

    Pour que le cauchemar cesse

     

    « Si tu es victime de harcèlement

     

     

     

    A l'école, si tu réalises que tu subis des méchancetés répétées, des claques dans la tête, un isolement dans la cour de récréation ou à la cantine, si tu es victime de vol d'affaires personnelles ou de dégradations, si tu reçois des messages blessants ou si tu es victime de toute autre situation qui fait mal, intérieurement ou physiquement, il ne faut surtout pas garder le silence. Il faut réagir tout de suite et alerter les adultes de l'école, ta famille ou tout autre adulte de confiance. Il ne faut pas te renfermer sur toi-même. Le harcèlement, c'est grave.

     

    Si tu n'arrives pas à le dire, tu peux l'écrire, parfois c'est plus facile !

     

    Si tu ne te sens pas à l'aise pour en parler à quelqu'un de ton école ou de ta famille, tu peux contacter le numéro vert « NON AU HARCELEMENT » : 3020. Des professionnels seront là pour t'écouter, répondre à tes questions, te conseiller, t'aider à sortir de cette situation.

     

     

     

    Si tu es témoin de harcèlement

     

     

     

    Si dans ta classe ou dans l'école, tu vois un élève subir régulièrement des moqueries, être insulté, appelé avec un surnom dévalorisant, être racketté, isolé, bousculé sans aucune raison, ou victime de toute autre situation injuste, il faut tout de suite réagir ! Il est important de soutenir l'élève victime, et de faire comprendre au harceleur qu'il fait quelque chose de mal. Il ne faut surtout pas rigoler, pour ne pas valoriser les méchancetés. Il faut aussi en parler aux adultes pour trouver de l'aide et des solutions. » (postface par Noémya GROHAN)

     

     

     

    « Le harcèlement peut se retrouver en milieu scolaire, mais il peut aussi se retrouver partout ailleurs : dans les clubs de sport, sur le temps périscolaire, en accueil de loisirs le mercredi ou pendant les vacances... Dans tous les cas, il est important de ne pas laisser faire et de se confier le plus rapidement possible aux adultes vers lesquels on se sent le plus en confiance. Le harcèlement, plus tôt on en parle, mieux c'est ! Il y aura toujours une personne qui sera là pour réagir et vous soutenir. » (postface par Noémya GROHAN)

     

     

     

    (Seule à la récré d'ANA & BLOZ)

     

     

    « Être écolière est un combat Les mots blessent »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :