• Les surnoms qui blessent

    "Une baleine blanche sur la couverture .
    La prof brandit le livre en évitant de croiser mon regard, parce qu'elle sait bien qu'au bahut, tout le monde m'appelle Cachalot.
    Kchalo, en fait.
    Parce que Baleine - BaLN -, c'est déjà pris.
    Par un type de première STG, si gros que le principal a été obligé de lui commander des chaises spéciales, plus larges, capable de supporter jusqu'à cent soixante-dix kilos. Ça lui laisse de la marge, mais pas tant que ça.
    BaLN, Kchalo, de quoi inspirer les plus poètes d'entre nous.
    Dans les toilettes, quelqu'un a tagué un cœur avec, à l'intérieur : " Kchalo + BaLN = love. "

    "Pourquoi est-ce que tu manges autant, Lisa ?"
    Pour me remplir, Madame.
    Pour compter double.
    Lisa + Nelly.
    Pour ne plus lui ressembler, pour qu'on ne me confonde pas avec elle.
    Pour ne plus la voir quand je me regarde dans le miroir.
    Pour oublier son absence.
    Pour combler le vide.
    Parce qu'elle me manque à crever.
    Parce qu'elle était ma moitié.
    Parce qu'elle était mon tout.
    Pour mourir et la rejoindre." (p.76-77)

    (Deux sur la balance d'Agnès Laroche)

    « Balances et balanciersBoxe »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :