• « Je n'ai pas été traumatisée plus que ça le jour où ta liste est apparue. J'ai survécu. Je savais que ce n'était qu'une blague. Et les gens que je voyais dans les couloirs, agglutinés autour de celui ou celle d'entre eux qui en brandissait une copie, ils savaient que c'était un gag, eux aussi. Rien qu'un bon gros gag idiot.

     

    Mais que se passe-t-il quand quelqu'un décrète que vous avez les plus belles fesses de première année ? Laisse-moi te l'expliquer, Alex, parce que c'est un truc que tu ne sauras jamais. Cela donne aux gens – certains, en tout cas – le feu vert pour vous traiter comme si vous n'étiez plus que cette partie-là de votre anatomie. » (p.50)

     

     

     

    « « Eh, Wally, tu sais quoi ? » J'ai senti son souffle sur mon épaule.

     

    J'ai refermé mon sac, qui était resté posé près de la caisse. Wally a baissé les yeux comme s'il fixait un point juste au-delà du rebord du comptoir, au niveau de ma taille, et j'ai tout de suite compris.

     

    J'ai senti une main sur mes fesses. Et c'est là qu'il l'a dit.

     

    « Les Plus Belles Fesses de Première Année, Wally. Ici, devant toi, dans ton magasin ! ». (p.53)

     

    Sans son consentement

     

    « Je me tenais dans l'axe de la porte, prête à partir, quand il m'a rattrapée par le poignet pour me forcer à me retourner.

     

    Il a dit mon prénom et quand j'ai levé les yeux vers lui, la rigolade était terminée.

     

    J'ai voulu me dégager, mais sa poigne était ferme.

     

    (…)

     

    Je sais de qui elle parle, à présent. Je reconnais cette manie de saisir les filles par le poignet. Ça me donne chaque fois envie de l'attraper par son tee-shirt et de le repousser jusqu'à ce qu'il lâche sa proie.

     

    Mais à la place je fais semblant de ne rien voir.

     

    (…)

     

    Alors ce salopard m'a lâché le bras et il a posé sa main sur mon épaule. « C'est juste pour rire, Hannah. Relax. »

     

    OK, analysons un peu cette scène.(...)

     

    D'abord, les mots – ensuite les actes.

     

    Déclaration numéro un : « C'est juste pour rire, Hannah. »

     

    Traduction : ton postérieur est mon jouet personnel. On croirait pourtant avoir son mot à dire, en tant que propriétaire de ses fesses, mais c'est faux. Du moins, pas tant que « c'est juste pour rire ».

     

    (…)

     

    Déclaration numéro deux : Relax. »

     

    Traduction : allez, Hannah, je n'ai fait que te toucher sans la moindre invitation de ta part. Si ça peut te faire plaisir, vas-y, touche-moi aussi, quand tu veux.

     

    Parlons maintenant des actes, voulez-vous ?

     

    Geste numéro un : me mettre une main aux fesses.

     

    Interprétation : permettez-moi de revenir un peu en arrière et de déclarer que ce mec ne m'avait jamais pelotée auparavant. Alors, pourquoi maintenant ? Mon pantalon n'avait rien de spécial. Il n'était pas particulièrement moulant. Certes, la taille était un peu basse et laissait probablement entrevoir un petit bout de mes hanches, mais il n'a pas posé sa main sur mes hanches. Il l'a posée sur mes fesses. »(p.56-57)

     

     

     

    « Petit conseil. Quand vous touchez une fille, même pour rire, et qu'elle vous repousse.... fichez lui la paix. Stop. Ne la touchez plus. Nulle part! Votre contact la dégoûte un point c'est tout. » (p.58)

     

     

     

    (Treize raisons de Jay ASHER)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • H lettrine

    planche extraite du Nouveau Petit Larousse illustré (1938)

     

    Un article témoignage du site Madmoizelle :

     

    http://www.madmoizelle.com/harcelement-scolaire-guerison-809839

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • « Yann est un adolescent particulier, fragile. Il a été le bouc émissaire de son collège, de son lycée à présent. Mon époux et moi-même ne comprenons pas les raisons de cet acharnement. Je préférerais l'indifférence à cette violence continue. Actuellement, il passe ses journées dans sa chambre. Je l'ai rendu invisible aux autres.

     (…)

     Yann était « La Prisonnière » moderne, une réécriture du roman de Proust. Enfermé pour ne plus souffrir. » (p.16)

      

     « Je suis Yann, j'ai dix-sept ans. Il y a six ans, j'ai été victime d'un terrible accident de la route. Mon père conduisait. J'ai eu la langue sectionnée. Le visage cabossé. Depuis, je suis incapable de prononcer un mot. Je suis muet. Je suis également sujet à des maux de tête terribles. Je ne supporte pas le bruit. » (p.24)

     

     

    Gueule cassée

     

    « Yann était assis, je ne voyais que son dos. A sa posture, je devinai qu'il était en train d'écrire. Il se tourna finalement. Je ne laisse personne indifférent. Yann non plus. Son visage portait les stigmates de l'accident. Un visage qui lui donnait l'apparence d'un personnage de cire, rien de l'adolescence. Tout était figé. Aucune évolution en perspective. Seuls ses yeux étaient libres d'exprimer une émotion. La surprise.

     

    Il me tendit sa tablette.

     

    « Je devrai tout écrire. Je ne vous ai pas menti. Vous avez vu comme je suis arrangé. Une sculpture ratée. »

     

    - Vous avez griffonné ces mots en avance. Vous vous attendiez à mon étonnement, mais je remarque que vous êtes tout aussi surpris de me voir. Nous avons donc un point commun, nous ne laissons personne indifférent.

     

    « Vous avez fait une drôle d'impression à ma mère l'autre jour. Elle s'est posé mille questions à votre sujet. Elle vous imaginait autrement, avec une allure plus imposante, en costume. Elle a perçu un côté féminin... » (p.41)

     

     « Constat

     

     Yann est indifférent au monde extérieur. Hors du monde. Qui peut lui en vouloir ? Son existence post-traumatique s'est réduite à une accumulation d'humiliations. Il est devenu au fil du temps un champion dans l'art du bouc émissaire. Un type qui prend pour les autres. Il lui a fallu s'extraire pour éviter les coups. » (p.51)

     

     « Dans mon imagination, je suis un être moyen. Pas beau. Juste moyen. Quelqu'un qui laisse tout le monde indifférent. Quand on est adolescent, on veut être beau, spectaculaire. Quand on a ma tête, on veut seulement être transparent. 90% des gens le sont. Je fais partie des 2% qui suscitent la pitié et la moquerie. » (p.131)

     

     « Je ne vais plus en cours. je ne supportais plus le regard des autres... ou l'absence de regards. » (p.218)

      

     (Aux petits mots les grands remèdes de Michaël Uras)

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • « Courtney est un amour avec tous ceux qu'elle croise ou qui lui adressent la parole. Pourtant, posez-vous la question... ne serait-ce pas juste une façade ? (…)

     

    Je crois que oui. Et laissez-moi vous dire pourquoi.

     

    (…)

     

    Comme vous le savez, les poses étaient aussi très calculées.

     

    Pose. Voilà un mot intéressant pour parler de Courtney. Parce que quand vous posez, vous savez que quelqu'un vous regarde. Vous affichez votre plus beau sourire. Vous vous montrez sous votre meilleur jour. (…)

     

    Et au lycée, où tout le monde observe tout le monde, il y a toujours une raison de poser. » (p.97-98)

     

    Une question de confiance

     

    « « Eh, Hannah, attends-moi ! Quoi de neuf ? »

     

    Ce blanc étincelant de ton sourire... si parfait.

     

    J'ai dû te répondre « Salut » ou « ça va, et toi ? ». Mais pour être honnête, Courtney, ça m'était égal. Chaque fois que nos yeux se croisaient dans un couloir noir de monde et que je te voyais tourner la tête vers quelqu'un d'autre, je perdais davantage de respect pour toi. Et il m'arrivait de me demander combien de gens dans ce même couloir pensaient exactement comme moi. » (p.102)

     

     

     

    « Je me méfiais un peu de lui. J'avais des doutes. Pas tant sur lui, mais plutôt sur la clique qu'il fréquentait. (…)

     

    Alors pourquoi ferais-je confiance à quelqu'un de son entourage ?

     

    Pourquoi ? Parce que c'était exactement ce que j'attendais des autres. Qu'ils me fassent confiance, malgré les bruits de couloir qu'ils avaient pu entendre sur moi. Et plus encore, j'avais envie qu'ils apprennent à me connaître. Pas comme ils croyaient déjà me connaître, non. Je voulais qu'ils me connaissent vraiment. Qu'ils voient au-delà des rumeurs. Au-delà de mes liens passés avec certaines personnes, ou de mes relations actuelles qui pourraient leur déplaire. Si je voulais être considérée avec respect, il fallait bien que j'agisse de même envers les autres, non ? » (p.135-136)

     

     

     

    « Depuis très longtemps, quasiment depuis mon premier jour dans ce lycée, je semblais être la seule personne à s'intéresser à moi.

     

    Vivez intensément l'instant de votre premier baiser... pour vous le reprendre comme une gifle en pleine figure.

     

    Voyez les deux seuls êtres en qui vous avez confiance se retourner contre vous.

     

    Voyez l'un d'eux se servir de vous pour se venger de l'autre, qui vous accuse ensuite de trahison.

     

    Vous commencez à comprendre ? Ou est-ce que je vais trop vite ?

     

    Eh bien, tâchez de suivre !

     

    Faites-vous dépouiller par un intrus du peu de sentiment d'intimité et de sécurité qui vous reste. Confiez-vous alors à quelqu'un qui utilisera votre malaise pour satisfaire sa curiosité malsaine. »

     

    (p.144)

     

     

     

    « Le sentiment d'avoir été trahi.L'un des pires qui existent.Je sais que tu n'avais pas l'intention de me blesser.En fait,la plupart d'entre vous qui m'écoutez n'avez sans doute pas la moindre idée de ce que vous faisiez....de ce que vous me faisiez à moi... »

     

     

     

    « Personne ne connaît la vie des autres, seulement la sienne. Et quand on bousille une partie de la vie de quelqu'un, ça ne se limite pas à cette partie là. Hélas, nul n'est jamais aussi précis, aussi sélectif. Quand on bousille une partie de la vie de quelqu'un, on bousille sa vit tout entière.

     

    Tout...a une influence sur le reste. » (p.200)

     

     

     

    « Vous tous qui m'écoutez... Avez-vous remarqué les cicatrices que vous laissez derrière vous ?

     

    Non. ça m'étonnerait.

     

    Parce que la plupart des cicatrices ne se voient pas à l’œil nu. »

     

     

     

    « - C'est dur, parce que je ne sais jamais qui... comment dire... qui s'en prendra à moi la prochaine fois. Ou de quelle manière.

     

    - Qu'entends-tu par « s'en prendre » à toi ?

     

    - Pas au sens d'un complot ou je ne sais quoi. Mais j'ai l'impression de ne jamais savoir quand quelqu'un va surgir sur mon chemin. » (p.271)

     

     

     

    « " Ni moi non plus. C'est lui. Mais toi... et moi... nous l'avons laissé faire. C'est notre faute." »

     

     

     

    (Treize raisons de Jay ASHER)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • « « Parle un peu. Juste un mot », demande Zoreh. Je ne réponds pas. Je ne peux pas lui dire que les mots ne passent pas, que je ne veux pas faire le moindre geste parce que j'économise mes forces pour le jour où je vais tuer le gros Didier et son copain Xavier qui se prend pour Rambo. 

     

    Il faut sortir maintenant. La cloche a dû sonner. Tout le monde range ses affaires. Devant ma table, à hauteur de mes yeux, se dresse en muraille le ventre du gros Didier qui regagne l'allée centrale. Sur son pull est brodé un énorme molosse avachi, ouvrant très grand sa gueule qui fait d'innombrables plis de chair rouge, d'où pointent des dents aiguës. Le molosse soutient sa tête d'une patte. Son autre patte est ouverte devant lui : une petite souris, terrifiée, s'en échappe.

     

    C'est ce qu'il a voulu faire avec moi. Lui, le molosse, laissant s'échapper quand ça lui chante la petite souris. Mais je ne suis pas une souris. Je ne suis pas non plus un singe. Je rassemble mes forces dans mon silence pour le tuer. Je le regarde qui ricane au-dessus de moi. » (p.16-17)

     

    Je rassemble mes forces dans mon silence

     

    « Aucun mot ne me vient pour répondre. Surtout, je n'ai pas la force d'ouvrir la bouche, de remuer les lèvres, de calculer une réponse dont le gros Didier ne puisse pas rire. » (p.22)

     

     

     

    « Je me tais. Je sais bien que je ne devrais pas ; que je devrais sortir du silence, que ça va mal tourner. Mais c'est comme sur l'autoroute : quand on s'est trompé de direction, impossible de faire demi-tour, il faut attendre la prochaine sortie. » (p.30)

     

     

     

    « Jamais il ne m'a battue et pourtant je sais qu'il pourrait le faire. Il m'ordonne de dire un mot, n'importe lequel. Il crie de plus en plus fort. Très vite, il est emporté par la colère. Il m'ordonne de baisser les paupières. Même si je dois faire toutes les économies d'énergie possibles et rassembler mes forces pour tuer le gros Didier, je ne veux pas céder en baissant les paupières. C'est un geste que je ne peux plus faire, maintenant. Il croit que je le provoque, que je me moque de lui. Il se trompe. Je le regarde simplement. » (p.37)

     

     

     

    « Tout le vendredi, je n'ai fait qu'une chose : observer le gros Didier. Mes antennes dressées en permanence captaient toutes ses paroles : des grossièretés, la plupart du temps, des insultes lancées à l'un ou à l'autre. En français, il a raconté une histoire qu'il avait entendue à la télé (il était bizarrement le seul à l'avoir entendue) : c'est un schizophrène qui tue et ne sait pas qu'il est un meurtrier, puisque c'est l'autre en lui qui tue. Il a parlé longtemps. On sentait qu'il avait beaucoup réfléchi à cette histoire. (…)

     

    Quand il s'est rassis, le gros Didier m'a regardée dans les yeux, avec tout le sentiment qu'on peut mettre dans un regard, comme s'il me demandait pardon. Je ne lui pardonnerai pas avant de l'avoir tué, c'est sûr. Je ne suis pas un singe, et je n'économise pas mes forces dans le silence pendant une semaine pour des prunes.» (p.54)

     

     

     

    « Dans le vestiaire, Zoreh me parle comme d'habitude. Elle m'a poussée dans un autre coin que celui où nous étions le jour où le gros Didier m'a déculottée. Elle fait avec naturel les demandes et les réponses. Elle me connaît tellement bien que ses réponses sont celles que j'aurais faites. Elle sent que j'ai besoin d'entendre des mots, qu'ils coulent sur moi parce qu'à l'intérieur, ceux que je retiens depuis si longtemps me font mal. Ils gonflent dans ma poitrine et dans ma gorge. C'est comme quand on a trop mangé et que la peau du ventre est tendue à craquer, mais en pire. Zoreh ne se doute peut-être pas que je vais tuer le gros Didier, mais elle sent que je vais exploser. » (p.65-66)

     

     

     

    (Je ne suis pas un singe de Virginie Lou)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • « Heure après heure, il doit affronter les commentaires et les rires, de plus en plus inquiétants, ne pas réagir lorsqu'un type de terminale l'invective : « Alors le mytho, à qui tu vas les raconter maintenant tes bobards ? », ne pas s'étonner de constater qu'à chaque cours il est seul.

     

    A midi, c'est à peine s'il se souvient de sa vie antérieure, celle de l'avant-veille, quand tout le monde voulait être l'ami de Simon Peretti. Entre une idole et un pestiféré, la différence est mince. C'est à peu près la seule pensée cohérente qu'il réussit à formuler et qu'il écrit à Dune. Il ajoute : « Mes frères m'abandonnent. Le lynchage se poursuit. Le ciel se couvre. Il y a un goût de métal dans l'air. » (p.12)

     

    Entre une idole et un pestiféré

     

    « C'est la deuxième fois que tu ne vas pas à ton cours de boxe. Tu romps notre contrat, mais surtout tu te prives d'un plaisir et pourquoi ? Parce que tes potes, tes frères, comme tu dis, ne t'ont pas suivi. Et alors ? J'aime l'opéra et malgré tous mes efforts pour te le faire apprécier, tu ne l'aimes pas. Ce serait une raison pour me priver du plaisir d'en écouter ? Une raison pour qu'on ne s'aime plus ? » (p.63)

     

     

     

    « Sil ne réagit pas, et vite, le harcèlement ne cessera pas, le mot le poursuivra, il ne remettra plus les pieds au collège, il restera enfermé chez lui. (…) Au bout d'une semaine , il se suicidera peut-être. (…) Il doit faire quelque chose pour que la rumeur cesse. » (p.144)

     

     

     

    (Le cœur est un muscle fragile de Brigitte SMADJA)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • « Je lui répondis qu'on l'avait trop souvent punie quand elle voulait parler. Maintenant, farouche, elle se méfiait.

     

    - Mais ce n'est pas bon, Syril. Pas bon du tout ! Quand tout reste à l'intérieur, c'est pire que du poison.

     

    Elle avait diablement raison. Zoé devrait se livrer davantage mais ce n'est pas aussi simple. Quand on se met à TOUT raconter, ça fait comme si les douleurs revenaient à la vie. Même au paradis, les blessures réclament du temps pour cicatriser. » (p.30-31)

     

     

    « Même en utilisant un vocabulaire précis, on resterait à la surface de la vérité, aussi je ne vous en dirai pas plus là-dessus. Évoquer une douleur, c'est souvent en créer une nouvelle, et cela, je le refuse. » (p.31)

     

     

     

    « Je restai donc quelques minutes supplémentaires avec mes amies les montagnes. Il s'agissait de vieilles montagnes polies par endroits, déchiquetées à d'autres. Même ridées, même blessées, elles demeuraient en place, majestueuses, solides, et cela me rassurait de les savoir abîmées et indestructibles à la fois. Moitié fragiles et moitié invincibles. » (p.36)

     

     

     

    « Avant, Zoé ne fermait pas l'œil de la nuit, maintenant il lui arrive de dormir huit heures d'affilée. Elle ne mangeait plus, à présent elle aide volontiers à la cuisine. Elle est toujours fragile et elle le restera, mais au moins ici elle a une chance de faire peau neuve. » (p.45)

     

     

     

    « - Nous devons parler de votre éventuel retour à la maison. (...) J'ai tellement hâte de vous revoir.

     

     

     

    Imaginez une eau froide, si froide que des glaçons flottent à sa surface. Imaginez maintenant que vous soyez contraint de vous y baigner, et que chaque goutte d'eau, en frôlant votre peau, la blesse aussi vivement qu'un coup de poignard dans la chair. la douleur est à ce point insupportable, omniprésente, qu'il faudrait s'évanouir pour s'y soustraire. Voici à peu près où j'en étais en entendant la nouvelle : j'essayais de m'évanouir en vain. » (p.56)

     

     

     

    « Après avoir raccroché, je restai un moment sans bouger, comme écrasé par un quinze tonnes. J'aurais tellement aimé entendre autre chose. J'aurais aimé entendre : "Pardon de n'avoir rien vu. Pardon de ne pas vous avoir protégés quand la situation l'exigeait. C'était mon rôle. je n'ai pas su lire dans vos yeux alors qu'ils me parlaient ni sécher vos larmes quand vos joues se mouillaient. Et pardon d'avoir été à ce point aveugle que vous m'ayez été retirés. Si tout était à refaire..."

     

    Mais ce genre de discours n'est pas venu. Les bons mots dits au bon moment, on ne les rencontre que dans les films et les livres où tout le monde a le génie de la formule exacte, pas ailleurs. Pas dans la vraie vie. Dans la vraie vie, ils sont plutôt rares. Moi, en tout cas, je ne les ai pas souvent entendus. » (p.58)

     

     

     

    (Une saison parfaite pour changer d'Aurélien Locke)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    « Je sais. Il y a des mômes qui subissent des trucs horribles, et comparée à leur souffrance, ma révolte peut paraître futile. Voire carrément stupide. Parce que non, il ne m'a pas frappé. Il ne m'a pas violé. Il ne m'a pas foutu la honte devant mes amis. Il n'a pas tenté de draguer ma copine – je n'en ai pas pour l'instant, ça règle le problème. Il n'a pas non plus trompé ma mère ni incendié la maison. Rien de tout ça, et un peu de tout ça quand même, mine de rien. Surtout le viol. Sauf que c'est un viol virtuel.

     

    Il a lu mon blog.

     

    Je ne l'ai jamais autorisé à le lire, bien sûr. Je ne lui en ai même jamais parlé. Ni mentionné son existence. Dans un pavillon étriqué comme le nôtre, personne n'a réellement d'intimité. Tout se sait, tout s'entend (…). Alors le blog, c'était mon espace privé. Mon domaine. Et il a tout salopé. Je trouve ça dégueulasse. Ma révolte, je la revendique. Parce qu'il ne s'est pas retrouvé sur mon blog par hasard. Et qu'il ne s'y est pas rendu qu'une fois. Il l'a suivi, pisté, décortiqué. Quand je suis en face de lui, maintenant, j'ai l'impression de me promener nu en pleine ville. Et ça me donne envie de gerber. » (p.9-10)

     

     

     

    « - Je ne te parlerai plus jamais tant que j'habiterai sous ce toit. Je continuerai d'obéir, puisque je suis dépendant, mais toute communication est coupée.

     

    Je ne sais pas d'où venaient ces mots d'adulte et cette voix glaciale. D'une poche tout au fond de moi, sans doute – une poche où s'emmagasinent les souvenirs, les colères, les bonheurs et toutes les émotions, une poche qui se videra dans quelques années et coulera dans mes veines pour faire de moi celui que je suis censé devenir. J'espère que je ne serai pas le monstre froid que j'ai été ce jour-là avec mon père. J'espère aussi que je ne serai pas un renard aux aguets, fourbe et hypocrite, qui lit le blog de son fils en cachette et n'ose même pas l'avouer quand il est dénoncé et presque pris la main dans le sac. » (p.24)

     

     

     

    « J'étais furieux. Ce n'est pas une maladresse. C'est beaucoup plus grave que ça, mais personne n'a l'air de s'en rendre compte. Espionner son enfant, c'est ne pas lui faire confiance. C'est lui nier le droit à une existence propre. Rien ne peut justifier cela. » (p.26)

     

    « Le truc, je crois, c'est que je pensais que même s'ils étaient par hasard au courant, ils n'iraient pas jusqu'à pénétrer dans ma sphère. Qu'ils respecteraient cette intimité. Je me suis planté. Dans les largeurs.

     

    Une partie de moi me murmure de ne m'en prendre qu'à moi. Mais une autre partie se rebelle et objecte que les victimes restent des victimes et les coupables des coupables. Ce n'est pas le piéton qui se fait renverser qui est responsable de l'accident, même s'il marchait un peu trop près du trottoir. » (p.32)

     

     

     

    (Blog de Jean-Philippe BLONDEL)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • « Il accéléra le pas. Sa mère allait s'inquiéter. Elle avait trop souffert elle aussi. Et son père.

     

    Maintenant encore, malgré leur nouvelle vie, s'il avait quelques minutes de retard, elle imaginait le pire. Sur Internet, elle avait découvert qu'il existait des blogs, des clubs antiroux...

     

    Du coup, il n'avait pas parlé de cette première photo. L'angoisse de ses parents aurait décuplé la sienne.

     

    (…)

     

    La photo avait circulé sur tant de portables. Il ferma les yeux. Elle surgit aussitôt à son esprit : on y voyait son visage à tête de rat, avec une chevelure longue, envahissante, presque rouge, et deux incisives bien pointues le ridiculisant.

     

    En dessous, une phrase :

     

    « Pourquoi faire des expériences sur des rats quand on a des roux ? »

     

    La rage, la haine, le désespoir l'avaient envahi.

     

    Il avait serré les dents et préféré faire comme si de rien n'était. Subir les regards. Éviter les camarades. Raser les murs. Devenir invisible.

     

    Il n'avait pas le courage d'affronter. 

     

     

     

    Il faisait doux, c'était le printemps.

     

    En lui, le noir, l'hiver.

     

    Cette première photo l'avait anéanti, le hantait encore.

     

    Et les suivantes. Et les insultes, l'enfer.

     

    (…)

     

    Il s'était souvent senti traqué. Depuis cette première photo, il était prisonnier dans une ratière. (…)

     

     

     

    Il aurait dû réagir. Leur dire merde à tous. Tous ceux qui avaient reçu cette première photo. Tous ceux qui laissaient s'appesantir sur lui leur regard méprisant, moqueur... haineux ou hypocrite. Les regards compatissants non plus, il ne les supportait pas. » (p.12-13)

     

     

     

    « Mme Marchal, des larmes dans la voix, lui avait tout raconté. L'enfer de son fils à l'école primaire, puis au collège, à cause de la couleur de ses cheveux. Le déménagement de Villeurbanne...

     

    - Mon mari et moi, pensions qu'au lycée Anton n'avait plus de problème. Nous n'avons rien vu !

     

    Elle avait failli éclater en sanglots. Elle était partie après lui avoir remis la lettre.

     

    La vie faite à Anton par ses camarades portait un nom : harcèlement.

     

    Elle relut la lettre.

     

     

     

    « Je vous demande pardon.

     

    Je n'en pouvais plus.

     

    Je vous aime.

     

    Votre fils, Anton »

     

     

     

    (…)

     

    Racisme anti-roux

     

    - C'est pas vrai ! Murmura Salomé devant les quatre photos apparues sur l'ordinateur de Karine.

     

    « Pourquoi faire des expériences sur des rats quand on a des roux ?

     

    Au Moyen-âge, on exterminait les roux, animaux maléfiques.

     

    Tu ne vieilliras pas, tu rouilleras.

     

    Noyons le pou ! »

     

    - Les phrases sont terribles et la représentation d'Anton... Je reçois ça, moi... je pète un plomb, continua-t-elle. » (p.96-97)

     

     

     

    « - Et Hakim et Saïdou ? Demanda Salomé.

     

    L'interrogatoire des deux adolescents s'était avéré éprouvant aussi. Aucune remise en cause de leur part. Aucun regret. « A chacun d'en baver du racisme, non ? » Leur réaction avait fait une sacrée entaille dans l'enthousiasme de la jeune lieutenante.

     

    - Ils seront poursuivis pour harcèlement...

     

    - Ils risquent quoi ?

     

    - Je ne sais pas... Je ne suis pas juge...

     

    Salomé ne dit plus rien.

     

    Elle se souvint : en classe de seconde, une prof courageuse, avait fait étudier aux élèves, un court reportage d'un journaliste aux actualités nationales.

     

    Elle se rappelait le texte par cœur.

     

    « En Israël la Gay Pride est prévue le vendredi 10 novembre.

     

    Les juifs orthodoxes, les chrétiens et les musulmans s'unissent contre la Gay Pride. Et deux chanteurs connus : un juif et un musulman s'unissent un temps, le temps d'une chanson... contre la Gay Pride. »

     

    A cause de cet article, peut-être, elle avait tenu à intervenir dans la classe d'Anton.

     

    Le temps de quelques photos, trois adolescents, un garçon français de souche, un autre d'origine africaine, et un troisième d'origine maghrébine, qui ne s'aimaient pas, s'étaient entendus, s'étaient unis pour... mettre à mort un roux.

     

     

     

    L'unisson pour le rejet, la discrimination, le harcèlement. L'idée n'était pas seulement dérangeante, inquiétante, elle était terrifiante, atterrante. » (p.168-169)

     

     

     

    (Mise à mort de Claire MAZARD)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Juste une femme

     

     

     

    « Petit monsieur petit costard

     

    Petit' bedaine

     

    Petit' sal'té dans le regard

     

    Petit' fredaine

     

    Petite poussée dans les coins

     

    Sourire salace

     

    Petit' ventouses au bout des mains

     

    Comme des limaces

     

    Petite crasse

     

     

     

    Il y peut rien si elles ont des seins

     

    Quoi il est pas un assassin

     

    Il veut simplement apprécier

     

    C'que la nature met sous son nez

     

     

     

    Mais c'est pas grave

     

    C'est juste une femme

     

    C'est juste une femme à saloper

     

    Juste une femme à dévaluer

     

    J'pense pas qu'on doive

     

    S'en inquiéter

     

    C'est pas un drame

     

    C'est juste une femme

     

     

     

    Petit ami petit patron

     

    Petit' pointure

     

    Petit pouvoir p'tit chefaillon

     

    Petite ordure

     

    Petit voisin p'tit professeur

     

    Mains baladeuses

     

    Petit curé petit docteur

     

    Paroles visqueuses

     

    Entremetteuses

     

     

     

    Il y peut rien si ça l'excite

     

    Et qu'est-ce qu'elle a cette hypocrite

     

    Elle devrait se sentir flattée

     

    Qu'on s'intéresse à sa beauté

     

    C'est pas grave ?

     

    Mais c'est pas grave

     

    C'est juste une femme

     

    C'est juste une femme à humilier

     

    Juste une femme à dilapider

     

    J'pense pas qu'on doive

     

    S'en offusquer

     

    C'est pas un drame

     

    C'est juste une femme

     

     

     

    Petit mari petit soupçon

     

    P'tite incartade

     

    P'tite plaisant'rie de salon

     

    P'tite rigolade

     

    Fermer les yeux on n'a rien vu

     

    Petit' souffrance

     

    Et trembler qu'une fois de plus

     

    Il recommence

     

    Inconvenance

     

     

     

    Quoi si on peut plus plaisanter

     

    On n'a plus qu'à s'la faire couper

     

    Non c'est vrai il est pas un monstre

     

    Et c'est l'épouse qui prend la honte

     

     

     

    Mais c'est pas grave

     

    C'est juste une femme

     

    C'est juste une femme à bafouer

     

    Juste une femme à désespérer

     

    J'pense pas qu'on doive

     

    S'en séparer

     

    C'est pas un drame

     

    C'est juste une femme

     

     

     

    Mais dès qu'une femme

     

    Messieurs Mesdames

     

    Est traitée comme un paillasson

     

    Et quelle que soit la façon

     

    Quelle que soit la femme

     

    Dites-vous qu'il y a mort d'âme

     

     

     

    C'est pas un drame

     

    Juste des femmes

     

     

     

    Anne SYLVESTRE – Juste une femme (2013)

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique