•  

    « Le saviez-vous ? Les orques se déplacent en meutes. Chaque meute a sa propre série de cliquetis, sifflements et cris. Cela renforce la cohésion du groupe.

     

    C’est exactement pareil à la rentrée des classes : une floppée d’enfants terrifiés arrivent d’un peu partout, et en l’espace de quelques semaines, ils forment leur bande. Les sportifs s’intègrent dans les équipes de sport ; les intellos s’inscrivent à des clubs, genre « échecs » ou « informatique » ; les adeptes de la fumette se trouvent un coin derrière des buissons, juste à la sortie du bahut.

     

    Si bien que quand un nouveau arrive en janvier, personne ne le remarque vraiment. Chacun a déjà sa bande. Ce qui me va très bien. Je suis content d’être comme Luna, l’orque qui s’est séparée de sa meute et a voyagé toute seule pendant deux ou trois ans , au large des côtes de Vancouver. (…)

     

    Mais le problème, le voici : il y a toujours au moins un autre élève qui, lui aussi, nage en solitaire, parce que aucune bande ne veut de lui. » (p.8-9)

    La meute

     

     

     

    « Je respectais le journaliste du coin parce qu’il avait aussi déniché beaucoup d’infos sur la tyrannie constante qu’avait endurée mon frère, y compris quelques incidents dont mes parents et moi ignorions tout : la page « Jesse Larsen est un PD » sur Facebook, qui avait été supprimée rapidement mais pas avant qu’il l’ait vue – ainsi que les cinquante-deux « likes » qu’elle s’était attirés en moins d’une semaine ; la chute « accidentelle » dans le couloir qui l’avait envoyé aux urgences pour se faire recoudre (nous étions au courant pour les points de suture, bien sûr, mais pas que Scott en était responsable) ; la crotte de chien qu’il avait trouvée un jour dans son casier. Ce journaliste-là présentait l’histoire sous toutes ses facettes. Mais beaucoup d’autres articles que j’ai lus étaient truffés de mensonges. Plusieurs soi-disant « experts » , des gens qui ne nous connaissaient même pas, laissaient entendre que mes parents avaient dû être violents, ou absents, ou carrément débiles. » (p.50)

     

     

     

    « - Tu veux aller le dire au proviseur ?

     

    Là, il m’a regardé comme si j’étais fou à lier. Il n’a pas eu besoin d’ajouter un mot : je savais exactement ce qu’il voulait dire. Aller voir le proviseur pouvait éventuellement améliorer les choses… ou, plus sûrement, les aggraver.

     

    Jesse était allé se plaindre, une fois. Le proviseur avait parlé à Scott. Et savez-vous ce qui s’est passé ? Scott a simplement fait plus attention à ne pas se faire prendre. Et Jesse était officiellement devenu une balance. » (p.83)

     

     

     

    (Le journal malgré lui de Hanry K. Larsen par Susie NIELSEN)

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    « Des larmes qui me firent comprendre que ce ne serait pas seulement Amber que je détruirais si je postais la vidéo.

     

    Ce serait si facile de la poster en ligne et d'attendre simplement que le monde d'Amber tombe en miettes. Je n'aurais même pas à me salir les mains. » (p.170)

     

    Quelqu'un d'autre sera touché

     

    « -Je l'ai filmée en train d'admettre quelques chose... Quelque chose qui pourrait la faire renvoyer du lycée. Elle ne sait pas pour la vidéo. Personne ne sait, et personne ne saura tant qu'elle arrête de me harceler.

     

    - Quoi ? fit Nolan en s'écartant de la barrière. Tu ne vas pas mettre ça sur You Tube ou un truc dans le genre ?

     

    Je shootai dans un tas de sable.

     

    - Si je poste la vidéo, quelqu'un d'autre sera touché. » (p.180-181)

     

     

     

    (Blacklistée de Cole GIBSEN)

     

     

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    « Bon, résumons... pour me sentir bien aujourd'hui... il faudra que je trouve dans ma classe quelqu'un de plus gros que moi, quelqu'un avec de plus vilains cheveux que moi, quelqu'un de plus petit que moi, et quelqu'un qui ne s'habille pas avec des marques, comme moi... » (p.4)

     

     

     

    « (Clarisse à Emma toute la journée)

     

    - Et t'as pas intérêt à le répéter !

     

    - Et t'as pas intérêt à le répéter !

     

    - Et t'as pas intérêt à le répéter !

     

    - Et t'as pas intérêt à le répéter !

     

    - Et t'as pas intérêt à le répéter !

     

    - Et t'as pas intérêt à le répéter !

     

    - Et t'as pas intérêt à le répéter !

     

    (…)

     

    (Clarisse à elle-même le soir dans son lit)

     

    - Pourvu qu'elle ne répète pas...

     

    - Pourvu qu'elle ne répète pas...

     

    - Pourvu qu'elle ne répète pas...

     

    - Pourvu qu'elle ne répète pas... » (p.10)

     

     

     

    « (Les parents de Clarisse à table le soir)

     

    - On te le répète sans cesse, Clarisse ! Tu dois être la première partout !

     

    Le sport ! Bon, c'est pas dur, le sport ! Alors tu dois être la première !

     

    - Oui ! Écrase-les !

     

    - Les maths! Ça va ! Tu t'en tires très bien en maths ! Eh bien fais encore mieux ! Tu dois être devant les autres !

     

    - Oui ! Écrase les autres !

     

    - Français, histoire, SVT... partout, tu dois être devant les autres ! C'est la seule façon de réussir dans la vie !

     

    - Oui ! Nous on dit ça, c'est pour ton bien, hein ?

     

    - Tiens, encore un exemple anodin : la cantine ! Tu dois arriver la première à la cantine !

     

    - Ah oui, la cantine !

     

    Première arrivée, première servie... à toi la meilleure part du gâteau !

     

    - On te le redit : faut se conduire comme ça dans la vie ! Pas de pitié ! Faut écraser pour réussir !

     

    - T'as compris ? » (p.22)

     

    Faut écraser pour réussir

     

    « (Emma à Clarisse à l'école)

     

    ...Et puis d'abord, t'es nulle, t'es nulle et puis t'es nulle !!!

     

    Ras-le-bol de tes histoires et de tes coups bas !

     

    Si t'es méchante ; c'est parce que t'es nulle et pis t'es moche !

     

    Alors t'en veux à la terre entière d'être aussi naze !

     

    Tu te crois appréciée, parce que les autres filles te suivent, mais c'est juste que tu leur fais peur !

     

    En réalité, personne ne t'aime dans cette classe ! Personne ne t'estime ! Pourquoi ? Parce que ça se mérite ! » (p.36)

     

     

     

    « (Clara à Emma à la fin de l'année)

     

    - Emma, Emma ! Attends !

     

    - Oui ?

     

    - Je voulais te dire... euh... c'est pas ma faute, hein !

     

    Tu sais... par rapport à tout ce qui s'est passé cette année.

     

    Je sais... j'ai fait des trucs pas bien... Je t'ai insultée... frappée même... parfois...

     

    Mais c'est Clarisse qui m'obligeait à faire ça ! Et pour les copines, c'est pareil !

     

    On a peur d'elle, tu comprends ? Elle nous menace aussi ! Et en même temps, je ne sais pas pourquoi, mais on a envie de lui obéir et d'être dans son groupe... c'est bizarre.

     

    - Allez, c'est bon, Clara... Laisse tomber, j'ai bien compris... Je sais que tu n'es pas méchante !

     

    - C'est vrai ?

     

    - Tu es juste totalement idiote ! » (p.40)

     

     

     

    (Seule à la récré d'ANA & BLOZ)

     

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    « Si quelque chose en nous sert de cible, on voudrait pouvoir le changer : la voix, la couleur de peau, le corps, la démarche, les cheveux, les goûts... Mais non. On est comme on est. Ce n'est pas nous qui avons un problème, mais ceux qui nous harcèlent.

     

    Même si on se trouve trop petit, trop gros, trop ci ou trop ça, cela ne justifie pas le harcèlement. Personne n'est parfait. Alors si tu te fais harceler parce que tu es différent, cela montre surtout que celui qui te harcèle a un problème, pas toi. » (p.32)

     

    On est comme on est

     

    « Je ne suis pas définie par une étiquette :

     

    ni le harcèlement, ni mon passé ne me définissent.

     

    Je ne suis pas une victime, ni une harcelée.

     

    Toi et moi, nous ne sommes pas enfermés dans un moule.

     

    Nous pouvons choisir comment nous voulons être perçus.

     

    A ton tour de t'interroger : (…) Qu'aimerais-tu faire de ta vie ? Qui voudrais-tu devenir ?

     

     

     

    Le harcèlement ne te définit pas.

     

    Toutes les possibilités te sont ouvertes. » (p.146)

     

     

     

    (Guide de survie pour ados et autres conseils pour résister au harcèlement d'Aija MAYROCK)

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    « Sois proche de tes amis et plus encore de tes ennemis, disait toujours maman. Être l'amie d'Amber me permettait de la surveiller et de m'assurer qu'elle ne me poignarderait pas dans le dos. Je la soupçonnais d'être mon amie pour la même raison. Malgré tout ça, avec les années, un accord tacite s'était installé entre nous : je gardais ses secrets, et elle gardait les miens. » (p.35)

     

     

     

    « Je me souvins avoir vu un psy, dans un talk-show, qui affirmait que les gens infidèles étaient les premiers à accuser les autres de les tromper. J'imaginais que la même chose pouvait s'appliquer à la médisance. » (p.36)

     

     

     

    « - Mais pourquoi tu fais ça, Amber ? Pourquoi tu t'en prends aux gens comme ça ? C'est pas toi.

     

    - Justement. Je n'ai pas le droit d'être qui je suis vraiment.

     

    Malgré tout ce qu'elle avait fait, je me sentis mal pour elle. Je savais exactement ce que ça faisait, de vivre une vie qui ne nous correspondait pas. Comment les choses se seraient-elles passées entre nous si nous avions été honnêtes l'une envers l'autre ? Avec tant de choses en commun, nous aurions pu devenir de vraies amies. » (p.168)

     

    Le droit d'être qui on est vraiment

     

    « Si je pouvais me débarrasser définitivement d'Amber, je pourrais me concentrer sur la reconstruction de ma réputation. Mais en y songeant, je sentis ma gorge se nouer. Honnêtement, ruiner la vie de quelqu'un d'autre allait-il rendre la mienne meilleure ? » (p.169)

     

     

     

    « J'aurais vraiment voulu parler à Amber. Lui dire que je comprenais ce que ça faisait de faire semblant d'être quelqu'un d'autre. Même si je ne pensais pas qu'elle m'aurait crue ni même écoutée. Je ne savais même pas pourquoi c'était aussi important pour moi. Après tout, elle était celle qui avait voulu ruiner ma vie. Elle ne savait pas qu'en m'exposant, elle m'avait en fait libérée.

     

    J'espérais juste qu'un jour, elle arrêterait de faire semblant et vivrait sa vie comme elle l'entendait. Chaque fois que je m'obligeais à entrer dans le moule que ma mère avait créé pour moi, j'avais l'impression de me briser encore un peu plus. Si Amber s'obstinait à jouer la comédie toute sa vie, les fragments de sa vraie personnalité finiraient par être trop petits, trop disséminés, pour être rassemblés. Je ne savais pas ce qui arrivait aux gens une fois qu'ils n'étaient plus réparables. J'espérais seulement que je n'aurais jamais à le découvrir. » (p.232)

     

     

     

    (Blacklistée de Cole GIBSEN)

     

     

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    « J'ai toujours été une rêveuse. Créer mon futur Moi m'a aidée à dominer mes peurs. (…)

     

    Pense à ce que tu seras devenu dans dix ans (…) à tout ce qui peut t'aider à te visualiser et à te projeter dans le futur. (…) Le futur Toi est une partie de toi qui a déjà triomphé du harcèlement. Il va t'aider à traverser l'épreuve actuelle. » (p.87)

     

     

     

    « Ton futur Toi est toujours disponible, surtout quand tu n'as personne d'autre. Pendant la journée, imagine-le près de toi. Il te regarde et s'assure que tout va bien, il te protège quand tu en as besoin. Il ne t'abandonnera pas tant que tu continueras de rêver et de croire en toi. » (p.91)

     

    Des astuces pour aider à traverser l'épreuve

     

    « Les trois pavillons

     

     

     

    Pavillon vert : Tu es en lieu sûr, tu te sens bien avec ceux qui sont là et avec leur comportement.

     

     

     

    Pavillon jaune : Certains détails te rendent nerveux. Sois plus vigilant surtout.

     

     

     

    Pavillon rouge : Tu es ou tu te sens en danger. Tu es mal à l'aise à cause du lieu, des personnes présentes ou de leurs actes. Cela peut dégénérer très vite. Pars ! Être en sécurité est une priorité absolue. » (p.108)

     

     

     

    « Q : Que faire si personne ne m'écoute ?

     

     

     

    R : Ne jamais renoncer. Il faut continuer de chercher la bonne personne qui prendra le temps d'écouter et d'aider. On doit parfois subir des échecs avant de réussir. Mais surtout, surtout, il ne faut pas laisser tomber. C'est vrai qu'on se sent transparent, invisible, mais il faut en tirer de la force.

     

    Pendant des années, j'ai cru que je ne rencontrerais jamais de profs, d'élèves ou d'adultes qui m'écouteraient enfin. Je pensais que c'était fichu, mais j'avais tort. Finalement, j'ai trouvé un enseignant pour m'aider. Et j'ai rencontré de vrais amis qui ont pris la peine de m'écouter. Cela te semble impossible maintenant, mais impossible ne veut rien dire. Ça l'est seulement si tu le penses.

     

    Crois-moi, c'est possible. Tu connaîtras le même bonheur que moi. » (p.156)

     

     

     

    (Guide de survie pour ados et autres conseils pour résister au harcèlement d'Aija MAYROCK)

     

     

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • « Les trucs quotidiens, ce que les autres font sans y penser, comme verser de la sauce, faire ses lacets ou pisser, me demandent une concentration énorme. Quand je fais la queue à la cantine et que c'est à moi de me servir, les autres s'écartent parce qu'ils savent que quelques morceaux de poisson pané risquent de gicler de la louche.

    Kristin craint que ce ne soit dû à une lésion cérébrale. Moi, je sais ce que c'est : je réfléchis trop. Je pense tout le temps mais jamais à ce qui occupe mes mains et mes pieds. Mes pensées sont comme des oiseaux. Et mon visage est comme la scène d'un théâtre. Ce qui se passe à l'intérieur de moi y est représenté ouvertement. » (p.54-55)

    « En fait, pour moi, les jours gris n'existent plus, il n'y a plus de jours dépourvus de sens. Il n'y a plus que des jours et ils ont tous de la valeur puisque chacun d'entre eux constitue un morceau du puzzle qu'est ma vie. Il n'y a pas non plus de jours bons, même s'il m'est arrivé de me dire qu'un jour sans douleur était un jour bon. » (p.199)

    « Quand vous m'avez abandonné sur la colline, j'étais convaincu que j'allais mourir. J'ai d'abord fait le mort pour avoir la paix, pour que vous arrêtiez de frapper. En réalité, c'est quand vous vous êtes barrés que l'enfer a commencé.. » (p.200)

    « Je n'éprouve pas le besoin de pleurer. Ce qui s'est passé ne m'a pas rendu triste. On pleure quand on perd un chat. Mais on ne pleure pas quand nos copains nous trahissent, quand ils nous tabassent, nous humilient, essaient de nous tuer et nous abandonnent dans la forêt. On est blessé. On est en colère. On se relève. On montre qu'on n'accepte pas. On ne peut pas faire autrement. Il faut se venger. Sinon, on coule. » (p.212)

    Quand vous m'avez abandonné...


    « Pourquoi je n'ai rien dit ?
    C'est seulement maintenant que cette question m'apparaît. (…)
    Je me demande si j'ai eu raison de ne rien dire.
    Et je ne sais pas pourquoi je commence à en douter. Existe-t-il une manière de faire qui soit la bonne ? Si oui, y en aurait-il une mauvaise ?
    (…)
    Quand l'hélicoptère a atterri sur la colline, je me croyais en train de mourir, persuadé que le sauvetage arrivait trop tard. J'étais convaincu que j'étais resté couché à côté de mon feu pendant des jours et des jours et il m'a fallu un certain temps pour accepter que ce n'était pas le cas. Par moment, j'avais perdu connaissance.
    Oui, j'avais fait un feu, relativement grand, j'avais mangé un peu de lièvre et j'avais réussi à descendre au marécage pour boire.
    On m'a dit que je m'en étais sorti de façon exemplaire. Je n'ai pas bien compris ce qu'ils avaient voulu dire par là. » (p.231-232)

    « Il faut dire que tu ne passes pas inaperçu avec ton béret noir et ta longue écharpe noire. Tu sembles si différent, Kim. Je sais que tu l'es aussi. Tu es quelqu'un de très particulier. Oui, je t'aime bien. Plus qu'avant. Ce n'était pas le cas au début. Tu me faisais un peu peur à cause de tes vêtements. Je croyais que tu cherchais à te faire remarquer pour montrer que tu étais mieux que nous. Nous l'avons tous cru, d'ailleurs. Nous pensions que tu faisais partie de ces gens qui savent tout mieux que tout le monde. C'était avant que je ne comprenne que tu es réellement différent. Et que tu penses d'une manière différente. Tu réfléchis tellement, Kim !
    J'avais peut-être aussi un peu de peine pour toi. Tu étais toujours si seul. C'est moi qui ai demandé à Philip de te proposer de venir avec nous. D'abord, il n'a pas voulu. Probablement parce qu'il te trouvait trop... oui, différent. Je crois qu'il ne t'avait même pas remarqué jusque-là.
    » (p.247)

    (Faire le mort de Stefan CASTA)

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    « J’y ai réfléchi un bon moment, en silence, et ensuite j’ai jeté un coup d’oeil à Sam.

    - Il l’a violée, c’est ça ?

    Elle a juste hoché la tête. Impossible de dire si elle était triste ou si elle était juste au courant de plus de choses que moi.

    - On devrait le dire à quelqu’un, tu crois pas ?

    Cette fois, Sam a juste fait non de la tête. Ensuite elle m’a expliqué tout ce qu’il fallait faire de compliqué pour pouvoir prouver ce genre de chose, surtout au lycée, quand ça se passe entre un garçon et une fille qui sont amoureux et bien vus des autres. » (p.46)

    Difficile à prouver



    « Je ne vais pas dire qui. Je ne vais pas dire quand. Je vais juste dire que ma tante Helen a été « agressée sexuellement ». Je déteste cette expression. La personne qui a fait ça était très proche d’elle. C’était pas son père. Elle a fini par le dire à son père. Il l’a pas crue à cause de qui c’était : un ami de la famille. ç’a rien arrangé, loin de là. Ma grand-mère a jamais rien dit non plus. Et cet homme, il a continué de leur rendre visite. » (p.109)

    (Le monde de Charlie de Stephen CHBOSKY)

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    « Je ne sais pas pourquoi ils sont comme ça. (…) On est polis chez nous. On ne se fait pas remarquer, on ne fait pas de scandale. Les profs, eux, ne disent rien. Dans la cour, il y a des surveillants, mais ils ne font rien non plus. Ils ne l'avoueront pas, mais ils avaient autant peur que moi. Ils auraient pu faire quelque chose à l'intérieur de l'établissement, ils avaient le droit d'intervenir, mais ils ne l'ont jamais fait. Dans mon cas, ils ne me croyaient pas. Et ils avaient la trouille. En récréation, il faudrait presque un gardien. Quelqu'un qui surveille vraiment, qui n'ait pas peur, qui voie quand les élèves coincent un autre élève contre un mur. Parce que ça se passe toujours de la même manière. Ils savent bien faire ça. Ils se mettent en rond comme s'ils jouaient, et celui qui est coincé se prend des coups partout. On lui prend son argent, on le « traite » sur ses baskets , parce qu'elles sont nulles, on l'insulte sur sa race. S'il a un gros nez, s'il est trop petit, c'est pareil.

     

     

     

    J'aurais beaucoup mieux travaillé si on m'avait laissé dans mon coin sans m'embêter. Parce que ma vie à l'école, ça n'a été que des insultes et des menaces. Je m'en veux tellement de ne pas avoir réussi à en parler. Mais je suis décidé maintenant. J'ai dix-huit ans, j'ai grandi. Je suis allé porter plainte à la police. (…)

     

    Pourquoi ils s'en sont pris à moi ?

     

    Le psychologue qui me suit m'a bien aidé à comprendre pourquoi ils s'en sont pris à moi. Il m'a dit que j'ai été une victime parce que j'avais tout pour ça : je ne me bagarre pas, je suis trop gentil, je n'étais pas bon à l'école, j'étais gros, et je ne parlais pas. Je me laissais prendre mon argent sans résister. C'était facile pour eux. Et moi, pendant ce temps, je pensais au suicide.

     

     

     

    Ce que je voudrais, c'est que ça ne recommence pas pour les autres . Pour ceux qui vont à l'école aujourd'hui. Quand on est harcelé, ça rend fou de ne pas savoir ce qu'il faut faire. Sur notre site internet, on a mis des conseils si ça arrive : parler à sa famille, au proviseur, et même à la police. Il faut essayer de ne pas avoir peur. Parfois, le harcèlement, c'est comme la guerre. Si non a envie de mourir, comme j'ai fait, il faut parler. Ce livre, il est pour que les parents fassent plus attention aux enfants. Il est aussi pour que les profs identifient mieux ceux qui se font « traiter ». Les profs ne doivent plus avoir peur de punir les élèves violents. Le directeur doit directement parler aux parents des agresseurs pour les menacer d'exclusion. Ces jeunes-là n'ont rien à faire au collège, ils ne veulent même pas travailler.

     

     

     

    Si un élève veut mourir comme je l'ai fait, il faut qu'il écoute ce que je dis. Ça ne sert à rien de mourir. Quand on meurt, c'est les autres qui gagnent. Et puis les autres, je veux qu'ils aillent en prison, qu'ils restent longtemps enfermés. » (p.129-132)

     

     

     

    (Condamné à me tuer de Jonathan DESTIN)

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Le p'tit sac à dos

     

     

     

    « L'était pas bien grand

     

    L'était pas bien gros

     

    Et toujours courant

     

    Jamais au repos

     

    Sourire aux oreilles

     

    Et loin d'être idiot

     

    Sitôt le réveil

     

    Il portait faraud

     

     

     

    Un p'tit sac à dos

     

     

     

    Un p'tit sac fidèle

     

    Et bien comme il faut

     

    Avec des bretelles

     

    Des poches à gogo

     

    Ce qu'il y rangeait

     

    On n' savait pas trop

     

    Parait qu'il gardait

     

    Même pour faire dodo

     

     

     

    Son p'tit sac à dos

     

     

     

    Si on v'nait lui dire

     

    Pose ton ballot

     

    Ça le faisait rire

     

    C'était rigolo

     

    J' peux danser la gigue

     

    Et le fandango

     

    Jamais j' me fatigue

     

    C'est pas un fardeau

     

     

     

    Mon p'tit sac à dos"

     

     

     

    Qu'as-tu là-dedans?

     

    Est-ce ton magot?

     

    De l'or des diamants

     

    Un Eldorado

     

    Il répondait Chut

     

    Dites plus un mot

     

    C'est mon parachute

     

    Mon attrape-nigaud

     

     

     

    Mon p'tit sac à dos

     

    Le p'tit sac à dos

     

    Un soir de décembre

     

    Il y eut un complot

     

    On vint dans sa chambre

     

    Avec des ciseaux

     

    On trouva discrète

     

    Cachée aux badauds

     

    Fragile et secrète

     

    Comme incognito

     

     

     

    La bosse de son dos

     

     

     

    Il dit C'est ma mère

     

    Qui m' fit ce cadeau

     

    Pour m'avoir fait naître

     

    'Vec un bout de trop

     

    Y mit son amour

     

    Pour me tenir chaud

     

    Depuis j'ai toujours

     

    Qu'il vente ou fasse beau

     

     

     

    Mon p'tit sac à dos

     

     

     

    Tour à tour j'y range

     

    La neige en cristaux

     

    Des parfums d'orange

     

    Et des chants d'oiseaux

     

    Des rêves de fleurs

     

    De bruits de ruisseaux

     

    Pour porter bonheur

     

    Touchez dans mon dos

     

     

     

    Mon p'tit sac à dos

     

     

     

    Pour porter bonheur

     

    Touchez dans mon dos

     

     

     

    Mon p'tit sac à dos »

     

     

     

    Anne SYLVESTRE – Juste une femme (2013)

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique