• Aussi irréversible qu'atroce

    «Ta maladie est un Golem qui, quoi qu'on fasse, avancera et détruira tout sur son passage.

     

    Le programme qui t'attend est aussi irréversible qu'atroce : tu vas perdre peu à peu la mémoire, oublier les mots les gestes les visages.

     

    Ton mal porte un nom barbare : Alzheimer. C'est le nom du psychiatre allemand, Aloïs Alzheimer, qui, le 26 novembre 1901, à l'asile de Francfort, a examiné une femme qui ne connaissait pas encore l'usage du Post-it mais présentait les mêmes bizarreries que toi.

     

    Une maladie de vieux, dit le Net.

     

    Toi, tu as seulement quarante-neuf ans. » (p.47)

     

    Aussi irréversible qu'atroce

     

    « C'est quoi ce bordel, ce désordre, ce foutoir, où les mères retombent en enfance alors que leurs enfants en sont à peine sortis ?

     

    Je te hais.

     

    Je hais le monde entier.

     

    Comment as-tu pu devenir une menace, toi qui étais le rempart, l'abri. » (p.63)

     

     

     

    «Maintenant tu prends des tas de médicaments. Ils font taire en toi la mauvaise la brutale sorcière. Ils laissent vivre l'enfant douce et inoffensive. »  (p.78)

     

     

     

    (Arrête de mourir d'Irène COHEN-JANCA)

    « FauxChemin de fer »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :